26 C
Kinshasa

Le Groupe Léopards :

vendredi, avril 9, 2021
- Publicité-

Monusco/Bintou Keita: “Notre action s’inscrit dans un cadre d’appui des institutions congolaises, et non de substitution à celles-ci.”

La cheffe de la MONUSCO, Bintou Keita est revenue sur plusieurs questions d’actualités et le rôle de la MONUSCO, lors de sa première rencontre officielle lors d’un point de presse tenu ce mercredi 17 mars au siège de la mission onusienne.

- Publicité -

“Je remercie le peuple et le gouvernement congolais pour le chaleureux accueil qu’ils m’ont réservé. Je salue celle qui m’a précédée, Leïla Zerrougui. Je rends hommage aux vaillants collègues de la MONUSCO. Je viens en RDC avec des défis qui m’attendent,” a dit Bintou Keita lors de son point de presse.

Elle s’est inclinée devant les victimes des massacres barbares perpétrés dans les territoires de Beni, Djugu, Mahagi, Irumu…

“Rien ne justifie cette violence qui touche en premier lieu les femmes et les enfants,” a déclaré Bintou Keita.

Prête à travailler avec toutes les forces de la RDC

“Je viens l’esprit ouvert, prête à travailler avec toutes les forces de la RDC, pour accompagner le pays sur la voie d’un développement et d’une paix durable. Je veux une MONUSCO proactive et proche de la population.,” a affirmé Bintou Keita qui souligne que l’autorité de l’Etat continue de s’ancrer dans plusieurs territoires de la RDC.

“Autre point positif : le dialogue politique. L’ensemble des acteurs politiques peuvent compter sur nos bons offices.,” a-t-elle ajouté.

Selon elle, “il y a également des voix discordantes qui nous font comprendre que la MONUSCO est en RDC depuis des années sans parvenir à mettre fin aux violences. Il y a des défis et difficultés énormes qui nous restent à surmonter. Mais j’insiste sur les raisons d’espérer.”

C’est pourquoi, elle appelle à travailler avec toutes les forces vives.

“Nous devons travailler avec toutes les forces vives de la Nation,” a affirmé Bitou Keita.

À la question, sur quel signe vous placez votre mandat ?

Le numéro un de la MONUSCO souligne qu’en accord avec les autorités nationales, “il y a nécessité de préparer le terrain pour une sorite responsable. Le délai n’est pas donné.”

Sur la question suivante: le département d’Etat américain désigne les ADF comme une branche terroriste de Daech. Quelle stratégie de la MONUSCO pour mettre fin à cette situation ?
La remplaçante de Leïla Zerrougui souligne que le rôle de la MONUSCO est dans le contexte du mandat qui lui est est donnée est de neutraliser les groupes armés, avec notamment la Brigade d’intervention, FIB.

Sur les attentes de la femme congolaise auprès de la cheffe de la MONUSCO ?
Bintou Keita soutient que les femmes devront participer notamment dans le domaine du processus des décisions.

“Je mettrai l’accent sur la demande et le cri que les femmes ont poussé pour obtenir les 30% de quota de représentativité des femmes dans les institutions en RDC. Et les efforts devront être fournis pour les atteindre.,” a-t-elle indiqué.

En ce qui concerne la protection des civils, elle note que les Casques bleus protègent beaucoup de déplacés qui ne peuvent plus retourner chez eux.

“Ce qu’il faut travailler : désolidarisation des tireurs des ficelles et des populations aux groupes d’auto-défense (…),” a-t-elle précisée.

“Nous aurons l’occasion d’interagir pour répondre à l’état de lieu. Je suis en RDC à peine 15 jours. Mais le travail des bons offices a été reconnu par tous.,” ajoute-t-elle.

À la Question : vous héritez du bilan positif et négatif de Leïla Zerrougui. Quelles sont les avancées à ce jour ?
Bintou Keita affirme que Leïla était là dans un moment extrêmement délicat.

Elle félicite les Congolais pour le transfert pacifique du pouvoir.

“Nous aurons l’occasion d’interagir pour répondre à l’état de lieu. Je suis en RDC à peine 15 jours. Mais le travail des bons offices a été reconnu par tous.,” dit elle.

Sur une autre question, la MONUSCO n’a pas réussi pendant 20 ans à ramener la paix dans l’Est de la RDC. Aujourd’hui, on nous amène Madame Bintou, l’Africaine. Est-ce un piège ?
Bintou Keita affirme qu’une personne ne peut pas faire quelque chose, seule. Il faut selon elle, ” qu’il y ait un travail d’ensemble.”

“La première responsabilité, c’est avec l’armée et la Police nationale et nous sommes là, pour appuyer. Piège ? On doit être en mesure de se parler lorsqu’il s’agit des questions difficiles. Nous sommes là pour renforcer les forces de sécurité et du secteur de la justice.,” précise la cheffe de la MONUSCO.

Et de poursuivre:

“Ce sera un travail de partenariat, et de collaboration. Ce n’est pas un travail d’une personne. Je suis parfois surprise du décalage entre bienvenue chez vous et retourne chez vous.”

À la Question : envisagerez-vous d’intéresser le gouvernement congolais pour un dialogue avec les ADF, si les tueries continuaient ?

Bintou Keita souligne qu’ils doivent continuer à mettre la pression sur le groupe armé des ADF et autres.

“A un moment, les solutions ne seraient pas que militaires. Il y a une grande mixité avec les communautés. Il faut enlever l’aspect de non-accès au travail ou de service de soin de base.,” révèle Bintou Keita.

Sur la Question : je vous sens plaintive au début de votre mandat, concernant les injures, alors que le peuple souffre sans solution. Je pense que vous n’allez pas durer longtemps. A Beni, la MONUSCO construit des camps militaires, mais dans la ville, au lieu de le faire dans la forêt…

“Pour être authentique, je ne me plains pas. Je suis désolée, j’étais à Beni, et je n’ai pas vu de camps militaires construits dans la ville.,” répond Bintou Keita qui ajoute: “les camps qui sont construits, sont en discussion avec l’armée congolaise. La prochaine fois, j’arriverai avec la carte de Beni pour montrer où sont localisés ces différents camps.”

Dans l’attente des solutions durables à cette violence, Mme Bintou assurer que les Nations unies sont mobilisées « pour apporter une aide d’urgence pour apporter une aide d’urgence aux populations déplacées et réfugiées et accompagner les efforts à long terme des institutions congolaises dans le domaine de la santé, de l’éducation de l’agriculture, des droits de l’homme et de la résilience. »

« Notre action s’inscrit dans un cadre d’appui des institutions congolaises, et non de substitution à celles-ci. Nous comptons sur tous les Congolais à comprendre également les limites de notre action et à nous soutenir dans notre modeste contribution », a-t-elle souhaité.

Elle dit reconnaitre qu’il y a évidemment des voix discordantes à l’action de la MONUSCO, qui font comprendre que la Mission « est là depuis plusieurs années et n’a pas pu apporter des solutions pérennes aux conflits, surtout ceux qui perdurent dans certaines provinces du pays. »

« Loin de moi l’idée de prétendre que tout a réussi et que la Mission a toujours été à la hauteur des attentes de la population. Il y a bien sûr des défis et des difficultés énormes qui nous restent à surmonter. Mais je voudrais insister aujourd’hui aussi, sur les raisons d’espérer, sur les progrès réalisés. L’autorité de l’Etat continue d’avancer et de s’ancrer dans plusieurs endroits du pays, tout comme la lutte contre l’impunité, en particulier en matière de justice militaire », a souligné Mme Bintou Keita.

Thierry Mfundu

- Publicité -

Laisser un commentaire

les +lus