23.5 C
Kinshasa

Le Groupe Léopards :

vendredi, février 26, 2021
- Publicité-

#Le HCR et la Commission Nationale pour les Réfugiés ont commencé l’enregistrement biométrique des réfugiés en RDC

Le HCR et la Commission Nationale pour les Réfugiés ont commencé l’enregistrement biométrique des réfugiés en RDC.

- Publicité -

Chaque jour, les équipes du HCR sur le terrain enregistrent en moyenne 1.000 réfugiés dans dans leur base des données.

L’enregistrement confirmera le nombre de réfugiés qui ont cherché refuge dans le pays. Il permet aussi d’identifier les personnes vulnérables et de bien orienter l’assistance.

Parmi les nouveaux arrivants, nous avons déjà enregistré 29,137 réfugiés à Ndu, à Yele/Bangalo, à Nyanji dans la province du Bas-Uele ; à Yakoma dans le Nord-Ubangi et à Sagila dans la province du Sud-Ubangi.

Le HCR a aussi commencé la distribution de fournitures d’urgence à Yakoma (Nord-Ubangi) et à (Bas-Uele). Il est a noté que nous sommes soutenus dans cette réponse par des agences onusienne comme le PAM, UNICEF, OIM et de nombreuses ONGs.

Le
Coordinateur humanitaire en RDC, a déjà visité le terrain dans une mission conjointe.

Cette collaboration met en exergue le partenariat qui existe au sein de l’équipe humanitaire.

Le HCR s’en
réjoui car cela lui permet de répondre rapidement aux besoins ces nouveaux réfugiés.

Beaucoup d’entre eux n’avaient presque rien comme objets personnels au moment de fuir en RDC.

Dans ces conditions, les défis sont énormes pour assister des personnes qui ont fui les violences et les violations des droits de l’homme dans leur pays : Il faut noter que les réfugiés sont entrés par plusieurs points frontaliers, ils se retrouvent donc dans plusieurs villages éloignés les uns des autres et difficiles
d’accès.

Ils utilisent généralement l’eau et la rivière pour boire et se laver. En outre, les villages qui
accueillent les réfugiés sont très pauvres et ont des ressources très limitées.

Dans la réponse que le HCR
apporte, il doit veiller à ce que leurs besoins – ceux des Congolais- ne soient pas ignorés et qu’il soutienne leur capacité à accueillir les réfugiés.

Ils ont d’urgence besoin d’eau, d’abri, d’accès aux services de santé et d’installations sanitaires.

Un autre défi majeur, c’est l’acheminement de l’aide humanitaire. Les distances à parcourir sont longues
et les routes impraticables. Cela prend plus de temps que prévu pour livrer l’aide aux personnes dans
le besoin.

La saison des pluies s’annonce, plusieurs localités deviendront inaccessibles.

Le HCR a identifié les ponts qui doivent être remis en état afin que les articles d’urgence et de secours de base
puissent être transportés vers les réfugiés qui en ont besoin.

D’où un besoin urgent de ressources ou d’autres partenaires pour venir réhabiliter ces ponts.

Un autre défi important est la relocalisation des réfugiés vers des sites ou villages éloignés de la
frontière. Pour leur sécurité, les réfugiés doivent quitter les zones frontalières ; et dans cette zone, les
villages le long du fleuve qui présentent des risques comme les inondations.

Pour rappel, le HCR, l’agence des Nations Unies pour les réfugiés a été créé il y a exactement 70 ans par l’Assemblée générale des Nations Unies.

L’organisation a pour mandat de diriger et de coordonner l’action internationale pour protéger les réfugiés et chercher des solutions aux problèmes des réfugiés dans le monde.

Le HCR soutient également les gouvernements, y compris le gouvernement de la RDC, en offrant assistance et protection aux personnes qui sont déplacées à l’intérieur du pays.

Le but premier du HCR est de sauvegarder les droits et le bien-être des réfugiés.
Actuellement, le HCR est à la tête de la réponse à la crise des réfugiés qui ont fui la RCA au cours des derniers mois. Nous coordonnons les efforts de toutes les agences humanitaires, y compris les autres agences des Nations Unies et les ONG, et nous travaillons en étroite collaboration avec le
gouvernement pour aider les nouveaux arrivants et leur offrir la protection qu’ils cherchent en RDC.

Il faut dire qu’avant cette nouvelle vague d’arrivées de réfugiés centrafricains, la RDC accueillait déjà généreusement près d’un demi-million de réfugiés venant principalement du Burundi, de la République centrafricaine, du Rwanda et du Soudan du sud (en chiffre 214.000 Rwandais, 174.000 Centrafricains, 55.000 Sud soudanais et 47.000 Burundais).

Parallèlement, 934.000 réfugiés congolais sont accueillis dans des pays africains, surtout les pays
limitrophes notamment l’Ouganda, le Rwanda, la Tanzanie, la République du Congo, la Zambie, etc.

Thierry Mfundu

- Publicité -

Laisser un commentaire

les +lus