27.5 C
Kinshasa

Le Groupe Léopards :

Wednesday, September 30, 2020
- Publicité-

#RDC/Baisse du taux de dollar : ” C’est possible si la #BCC augmente l’offre de dollar américain sur le marché ” ( Noël Tshiani)

La crise sanitaire du Coronavirus a des répercussions sur l’économie congolaise. Les mesures gouvernementales de confinement et l’incertitude de la fin de crise ont, par ricochet, accentué la dépréciation de la monnaie nationale face à la devise américaine.

- Publicité -

Depuis le dimanche 2 août, à Kinshasa il y a des spéculations faisant état de la baisse du taux de change de dollar américain . Pour certains cambistes, 10$ se négocie actuellement à 16.000 fc voir même 15.000 fc . Fort malheureusement, Jusqu’à présent aucun mécanisme ne justifie cette prétendue baisse du taux de change.

Dans une interview accordée à notre rédaction , l’économiste Noël Tshiani estime que c’est possible que le dollar accuse une tendance baissière si la BCC augmente l’offre des devises étrangères sur le marché.

Ci-dessous, l’intégralité de notre entretien avec Noël Tshiani.

1.Est-ce que c’est possible en cette période de la crise sanitaire qui a même impacté l’économie de notre pays que le taux de change soit brusquement revu à la baisse ?

Oui, il est possible qu’après la récente surchauffe sur le marché de change que le taux de change du dollar par rapport au Franc congolais accuse une tendance baissière si la BCC augmente l’offre de devises étrangères (dollar) sur le marché et en même temps absorbe ou éponge la surliquidité des Francs congolais. Tout est fonction du jeu de l’offre et de la demande des dollars et des francs congolais sur le marché. S’il y a très peu de dollars et trop de Francs congolais sur le marché, le dollar s’appréciera contre le Franc. S’il y a trop de dollars et très peu de francs congolais sur le marché, alors le dollar se dépréciera contre le franc congolais.

2. Que dois faire la BCC en ce moment pour arrêter ces spéculations et réussir à stabiliser le taux de change.?

On ne peut pas interdire la spéculation sur le marché de change. C’est qu’il faut faire c’est rendre le marché de change plus transparent et prévisible pour diminuer la spéculation. L’information sur l’offre et la demande des devises et des francs doit circuler pour que les cambistes ne se livrent pas au jeu de devinettes. Pour rétablir la stabilité du taux de change et éviter trop de volatilité, il faut qu’il y ait juste assez de dollars et assez de francs pour le fonctionnement normal de notre économie. En d’autres termes, la Banque Centrale du Congo doit cesser sa mauvaise habitude de recourir à la planche à billets qui crée une surliquidité des francs congolais et cause la dépréciation de notre monnaie nationale par rapport à la monnaie américaine devenue monnaie de référence en RDC.

3. Concrètement, la dépréciation du franc congolais face au dollar américain est dû à quoi ?

La dépréciation du franc congolais face au dollar s’explique par le déséquilibre entre l’offre et la demande des dollars et des francs sur le marché de change. Il faut que la BCC s’assure qu’il y a une juste dose de devises sur le marché pour soutenir la masse monétaire en francs congolais sur le marché. Si on injecte trop de francs congolais par rapport au dollar circulant dans l’économie, l’on cause la dépréciation du franc par rapport au dollar. Un deuxième facteur causant la dépréciation monétaire, c’est la spéculation qui est souvent le résultat d’un manque d’informations fiables sur l’offre et la demande de monnaies locale et étrangère sur le marché. La spéculation peut être due aussi à l’interprétation par les cambistes des événements politiques, économiques et monétaires.

4. La BCC est encore en mesure de maîtriser cette inflation monétaire ?

Comme toute banque centrale qui conduit la politique monétaire et de change, la BCC doit être en mesure de maîtriser la circulation monétaire, les taux de change et le taux d’inflation. Pour cela, la BCC doit être forte pour inspirer confiance et crédibilité. La restructuration profonde de la BCC, du système financier et de la monnaie est nécessaire pour créer les conditions de remplir efficacement les missions essentielles reconnues par le législateur à l’institut d’émission. Une telle restructuration touche les questions de la recapitalisation de la BCC, de son indépendance par rapport aux pouvoirs publics et de la qualité de sa haute hiérarchie et de son conseil d’administration ainsi que des qualifications de son personnel à tous les niveaux. A mon avis, c’est possible de faire de la BCC une véritable Banque centrale indépendante et crédible qui rende compte de ses actes et qui soit tenue responsable des résultats qu’elle réalise dans la réalisation de ses missions statutaires.

Il sied de préciser que, ce lundi 3 août la Banque centrale du Congo a fixé le taux de change à 1900 fc pour 10 $ contrairement aux différents cambistes sur le marché dont chacun a son taux .

Moïse Esapa

- Publicité -

Leave a Reply

les +lus

Bruno Tshibala annonce sa démission de la Primature

Le Premier ministre vient d'annoncer sa démission depuis Paris où il est hospitalisé à la suite d'une opération aux yeux, annonce l'Agence France Presse. "Par...

Le jour où Kadhafi a donné de l’argent à Sarkozy

6 octobre 2005. Voix off : « Toute cette histoire a commencé deux ans avant que le futur président n’entre à l’Élysée lorsqu’il est...

Werrason de retour à Kinshasa, il y a trahison au sein de l’orchestre Wenge MMM

Au sein de cet orchestre ceux qui ont la confiance de Werrason ne sont, en réalité, que des prédateurs qui ne cherchent plus qu’à...