25.5 C
Kinshasa

Le Groupe Léopards :

mercredi, avril 14, 2021
- Publicité-

L’affaire 555 millions pour la construction des aérogares: La Chine dément une quelconque plainte de Eximbank contre la RDC. Le Gouvernement a-t-il été induit en erreur?

Eximbank n’a pas porté plainte contre la RDC selon un communiqué de l’ambassade de Chine en RDC qui a démenti les allégations de l’Association Congolaise pour l’Accès à la Justice, (ACAJ), au  sujet d’un prêt de Eximbank of China au gouvernement congolais pour la construction de l’aérogare à l’aéroport international de N’djili.

Dans son communiqué parvenu à la rédaction de Direct.cd ce samedi 6 juin 2020, l’ambassade de Chine en RDC note qu’Eximbank Chine, depuis sa création en 1994, n’a jamais porté plainte auprès des institutions juridiques contre le gouvernement de la RDC.

- Publicité -

Ensuite, la construction de la nouvelle aérogare à l’aéroport international de N’djili sera financée par un crédit préférentiel accordé par Eximbank of China, et qui va se rembourser sur une période de 20 ans.

“L’accord de prêt n’est pas encore entré en vigueur et attend d’être validé par le gouvernement congolais,” indique le communiqué de l’ambassade.

Et enfin, l’ambassade de Chine dit n’avoir jamais été contactée ni par l’ACAJ ni par la presse congolaise sur le sujet et aucun diplomate Chinois n’a fait des commentaires à ce sujet.

Il sied de rappeler que dans un communiqué rendu public le mardi 02 juin 2020, ACAJ avait affirmé en citant une source du ministère de la justice que l’État congolais a été condamné par un  tribunal de New-York à la suite d’une plainte d’Exim  Bank of China. 

“L’ACAJ a appris du ministère de la Justice que l’Etat congolais a été condamné par défaut sans être représenté par un avocat le 23/01/2017, par un Tribunal de New-York aux Etats-Unis, à payer à Exim-Bank la somme de 57 325 223,40 USD résultant d’un prêt avec intérêt de 4,5% de 21 millions USD, lui accordé et versé sur le compte de la Banque Centrale du Congo n° 10923079 le 30/08/1991, en exécution de l’accord de prêt n° 602028100 du 29/08/1991 et pour un terme de 20 ans », avait écrit ACAJ.

Est ce que le gouvernement congolais a-t-il été induit en erreur ?

Au cours du conseil des ministres tenu le vendredi 29 mai dernier, le Président de la République avait fait le constat que, de plus en plus la République Démocratique Congo est condamnée par défaut au paiement des fortes sommes d’argent au niveau des instances judiciaires et des chambres arbitrales internationales, alors que le pays aurait dû éviter de telles condamnations. Notamment les cas de EXIMBANK China et DIG Oil.

Pour mieux défendre les intérêts de l’Etat Congolais, le Vice-Premier Ministre, Ministre de la Justice et Garde des Sceaux a été chargé de prendre toutes les dispositions qui s’imposent pour assurer une meilleure défense des intérêts de la République relatifs à tous ces dossiers qui remontent à plusieurs années et au besoin, pour la négociation devant conduire à des arrangements amiables pouvant consister à l’effacement pur et simple des créances mises à charge de la République.

Ce samedi 06 juin, le ministre de transport, Didier Manzengu sera à la chambre haute du parlement pour répondre sur la construction des aérogares.

Thierry Mfundu

- Publicité -

Laisser un commentaire

les +lus