28.5 C
Kinshasa

Le Groupe Léopards :

mercredi, mars 3, 2021
- Publicité-

Processus électoral : l’opposition exige la radiation de 24% d’enrôlés sans empreintes digitales et la démission immédiate de Corneille Nangaa

 

Réunie à Kinshasa le lundi 28 mai, l’opposition politique congolaise a dénoncé et rejeté la conclusion du rapport de l’OIF, non signé par ses experts, jugeant le fichier électoral produit par la Céni, inclusif, exhaustif, actualisé mais perfectible et nécessitant des améliorations.

- Publicité -

Dans une déclaration commune signée par Jean-Marc Kabund, Secrétaire général de l’UDPS/Tshisekedi, Martin Fayulu, coordonnateur de la Dynamique de l’opposition, Mayo Mambeke, Secrétaire général de l’UNC, Eve Bazaiba, Secrétaire générale du MLC et Delly Sessanga, Secrétaire général de l’Ensemble pour le Changement, ces derniers exigent la radiation sans délais de 24% à d’enrôlés sans empreintes digitales et empreintes incomplètes, soit 9.689.145 personnes.

“Le maintient d’environ 10.000.000 d’électeurs présumés fictifs dans ce fichier tend à corroborer les informations persistantes qui ont circulé dans le pays que certains leaders politiques de la mouvance kabiliste se seraient fait remettre des kits pour imprimer des cartes électeurs à domicile et dont les données seraient copiées par le fichier de la Céni”, ont-ils déclaré.

En outre, les opposants politiques congolais exigent le départ immédiat de l’actuel president de la centrale électorale, Corneille Nangaa et la désignation d’un nouveau président de la Céni, suite à la gravité des faits causés d’après eux, par l’irresponsabilité de leadership de la Céni dans la conduite des opérations d’enrôlement des électeurs.

En rappel, l’opposition politique congolaise avait déjà exprimé sa crainte lors de la réunion de prise de contact avec l’OIF, estimant que cette dernière serait l’accompagnatrice de la Céni.

- Publicité -

1 COMMENT

Laisser un commentaire

les +lus