24 C
Kinshasa

Le Groupe Léopards :

dimanche, avril 18, 2021
- Publicité-

RDC : Moïse Katumbi accusé de préparer une rébellion à Aru/Ituri

 

La police nationale congolaise a procédé ce mardi 8 mai à la présentation de deux criminels au Commissariat Général de la police. Ce, en présence du Vice-premier ministre, ministre de l’Intérieur et Sécurité, Henri Mova Sankani et du commissaire divisionnaire principale Amuli. Ils ont accusés d’être auteurs des plusieurs exactions criminelles. Il s’agit notamment de Mabaya Madilu Sylain, de son vrai nom Hamutenya Mbaya Madilu Steve, de nationalité congolaise, et d’Ibrahim Moro Taban, de son vrai nom Ayiki Taban Ibrahim, également de nationalité congolaise.

- Publicité -

Le premier Mabaya Madilu Sylain, est poursuivi des chefs des infractions d’association de malfaiteurs, d’enlèvement, de tortures et de détention illégale d’armes et munitions de guerre.

Le second, Ibrahim Moro Taban, de son vrai nom Ayiki Taban Ibrahim, est poursuivi des chefs des infractions d’atteinte à la sûreté intérieure de l’État, de participation à des bandes armées, de meurtre, de détention illégale d’armes et munitions de guerre, et de faux et usage de faux.

Ibrahim Ayiki Taban a, en outre, révélé que Moïse serait entrain de préparer une rébellion à Aru dans l’Ituri dont l’Ouganda ferait la base arrière de ses hommes.

“L’ex-démobilisé des Fardc a également confirmé, sur Procès-verbal, les renseignements frais qui établissent à sa charge, qu’en date des 2 et 3 février 2017, au quartier Sambiya, à Kampala, en Ouganda, il a pris des contacts avec l’ex-Colonel JohnTshibangu et un lieutenant du nom de Masamba en compagnie de plusieurs autres éléments en provenance, les uns de l’Afrique du sud, les autres de la Belgique et se sont déclarés être des émissaires de Moïse Katumbi”, a dit le colonel Pierrot Mwanamputu, porte-parole de la PNC. Avant d’ajouter que “Le déplacement de ces émissaires était motivé sur décision de Moïse Katumbi Chapwe de solliciter l’installation des hommes à sa solde, dans la Zone où sévit le groupe armé ALPC de manière à ouvrir les hostilités à partir du territoire d’Aru en Ituri dès qu’une base arrière lui serait accordée en Ouganda”, a déclaré Pierrot Mwanamputu.

Ibrahim Ayiki a intégré le Groupe armé dénommé ” Alliance pour la Libération du Peuple Congolais”(ALPC), qui opère au Nord du Territoire d’Aru, dans la province de l’Ituri, ainsi que dans une partie du territoire de Faradje, dans la province du Haut-Uéle. Il a pris part du 21 au 23 mars 2015, à une réunion à l’hôtel Salama de Kampala, portant sur l’Alliance M23-ALPC à laquelle ont participé Sultani Makenga et Richard Basamaza. Ayiki Ibrahim a été mis à la disposition du parquet avec son coaccusé.

Moïse Katumbi avait fait savoir dans un message sur son compte Twitter que si les élections ne sont pas organisées en 2018, “les gros moyens seront utilisés” pour faire partir l’actuel Chef de l’État, Joseph Kabila Kabange.

- Publicité -

Laisser un commentaire

les +lus