23 C
Kinshasa

Le Groupe Léopards :

mardi, avril 20, 2021
- Publicité-

Présidentielle 2018 en RDC: Moïse Katumbi amoindrie ses chances

C’est le vieux magazine panafricain, Jeune Afrique, qui vient de jeter le pavé dans la mare. Dans sa publication du jeudi 22 mars 2018, ce magazine a confirmé l’existence de la nationalité italienne de Moïse Katumbi pendant dix sept ans. C’est pendant la période de 2000-2017 que l’ex-gouverneur du Katanga détenait cette nationalité , sous le nom de “Moïse Katumbi d’Agnano”, selon Jeune Afrique, qui a pu investiguer auprès des services de la municipalité italienne de San Vito dei Normanni, où Moïse Katumbi s’est fait enregistré.

Par ailleurs, cette nationalité a été perdue. “Suite à votre demande, nous vous informons que, dans les actes d’état- civil de la mairie, il résulte ce qui suit: Moïse Katumbi d’Agnano a acquis la nationalité italienne le 03/10/2000, a perdu la nationalité italienne le 13/01/2017”, lit-on.

- Publicité -

Ce qui complique la donne pour le candidat Katumbi, c’est l’unité et l’exclusivité de la nationalité congolaise contenue dans la constitution de 2006 en son article 10. Et de ce fait, interdit expressément la binationalité. La même constitution prévoit aussi, en son article 7,2 que “que nul ne peut-être candidat à l’élection du président de la République s’il[…] ne possède pas la nationalité congolaise d’origine”.

Au Président de la plateforme “Ensemble pour le changement”, de faire les démarches pour recouvrer sa nationalité d’origine. Le contraire lui priverait l’accessibilité à la magistrature suprême, selon la constitution congolaise.

- Publicité -

Laisser un commentaire

les +lus