25 C
Kinshasa

Le Groupe Léopards :

lundi, avril 5, 2021
- Publicité-

Noël et Bonne Année en danger !

Bientôt, c’est les festivités de fin d’année. En effet, d’ici une poignée de jours, le décompte de décembre 2016 débute. Pourtant, jusque-là, les cœurs des congolais, en général, des kinois, en particulier, semblent, malheureusement, ne pas être à la fête…

Deux donnes bousculent les calculs,  cette fois-ci. La première est d’ordre politique alors que la seconde est économique. ‘’D’ici une trentaine de jours,  ce sera  la fin de l’année mais nous sommes encore dans des incertitudes béantes par rapport au climat qu’il y aura suite aux turpitudes de la vie politique. Et, d’un autre coté,  nous sommes dans une tourmente par rapport aux moyens nécessaires pour faire fêter nos petites familles ‘’, a confié un habitant de la commune de Bandalungwa à la perche des fins limiers de La Prospérité. A travers un micro baladeur, les avis des kinois ont été recueillis sur la venue prochaine des festivités de fin d’années.

- Publicité -

Les politiciens  interpellés

‘’Il n’y a pas d’argent, le dollar n’a de cesse de prendre de l’ascenseur et quand je veux vaquer librement dans mon commerce, il y a des appels à des manifestations politiques. Marche ici, meeting de ce côté-là, on a la corde au cou ‘’,  déclare-t-on  dans les milieux des commerçants.  Des notables croisés  çà et là plaident, pour leur part, pour que la situation politique soit d’abord décantée.  Car,  tout dépend de celle-ci. Et, pour ce faire, une entente doit être trouvée sur la pomme de discorde du moment. A savoir, sur la question de savoir que faudra-t-il faire pour décanter le blocage du processus électoral. Les signataires de l’Accord,  avec le Président Kabila en tête,  et les contestataires du compromis politiques de la Cité de l’Union Africaine,  avec Tshisekedi comme meneur,  sont  priés de trouver une solution consensuelle sur deux choses précises. Il s’agit du chronogramme pour les élections et de  la gestion du pays durant la période de transition arrêtée après le 19 décembre.

Cri de cœur

‘’Même si par magie,  les congolais  trouvaient des moyens pour s’acheter des  habits, boissons, nourritures et autres, s’il n’y a pas de paix, il n’y aura point de  fête ‘’, a fait remarquer un quidam. Et, à lui  de poursuivre,  que les politiques, surtout le Président de la République, en toute responsabilité, doivent chercher à préserver le pays du chaos. Depuis le jeudi 17 novembre avec la nomination de Samy Badibanga comme Premier ministre, les congolais cristallisent leur espoir autour du nouveau Gouvernement.

Ce que la situation économique est tout sauf bonne. A l’approche des festivités, les prix varient mais une seule constante demeure ; les variations sont toujours vers la hausse. La valeur de la monnaie nationale face aux monnaies étrangères dont le roi dollar est pointée du doigt. Encore,  il y  a peu, un dollar valait 920 Franc congolais. Aujourd’hui, il vaut près de 13000FC. Avec cette hausse, les prix des  biens  de première nécessité n’a de cesse de grimper pendant que les revenus des congolais ne connaissent, parallèlement, aucune augmentation. C’est là,  l’affaiblissement du pouvoir d’achat déjà précaire.

D’où, des vives voix se lèvent pour demander au Gouvernement Badibanga de faire du social,  une des plus grandes priorités. Car, la misère sert d’essence pour alimenter les actes de colère  qui risquent d’être enregistrés, si l’on n’y prend garde,  à l’horizon du 19 décembre 2016 et au-delà. ‘’Par-dessus tout, je crois que le peuple de la République Démocratique du Congo veut la paix. Mais,  il faut aussi qu’il y ait du  pain et tout  ce qui suit logiquement ‘’, a conclu un intellectuel, intercepté   à Bandalungwa. Bien plus : ‘’Le vrai obstacle est un problème d’amour. Si les acteurs politiques aiment le pays, ils chercheront tous à s’entendre. Donc,  la crise politique sera vidée. Si les dirigeants dans les institutions et entreprises publiques aiment le pays, ils gèreront bien et ainsi, le social sera assuré. Et là, la  crise économique sera jugulée. Ce n’est qu’ainsi que les festivités de fin d’année pourront bien se passer ‘’.

 Danny Ngubaa

- Publicité -

Laisser un commentaire

les +lus