Les non-dits des obsèques de Papa Wemba : affaire 300.000 dollars et l’absence de Koffi au deuil !

Rendre un hommage national digne à Jules Shungu Wembadio dit Babakala diakuba a été le vœu le plus honorable  du Chef de l’Etat qui se retrouvait aux Etats-Unis lorsque la triste nouvelle est tombée.

C’est pourquoi, il  a instruit le Gouvernement de la République de prendre toutes les dispositions nécessaires en s’impliquant de manière officielle pour honorer ce grand artiste qui a défendu  la rumba congolaise jusqu’au dernier souffle sur scène.

300 milles dollars américains est le budget alloué et mis par la République à la disposition du Ministère de la Culture et des Arts qui a eu la mission d’organiser les funérailles à la taille de l’artiste.

D’où, il a été créé un comité d’organisation chapeauté par le Gouverneur qui, à son tour, a placé des commissions spécialisées dont celle de la communication et presse a été dirigée par l’Honorable Zacharie Bababaswe, ancien chroniqueur de musique.

Chaque commission avait un budget à lui pour mener ses actions et travailler dans l’objectif de rendre hommage à Papa Wemba qui a été l’Ambassadeur de la culture congolaise. Presse  et communication a été la commission la plus malheureuse dans l’organisation de ces funéraires.

D’après nos sources, le ministère de la Culture et des arts n’aurait disposé que 20.000$ à Zacharie Bababaswe pour communiquer et rendre visible les actions de l’Etat dans son ensemble dans le cadre des obsèques.

Déjà, apprend-on, plus de la moitié de la somme a été destinée à la RTNC pour la  couverture  globale et la retransmission en direct des funérailles. Une part belle  du budget a été réservée à la presse étrangère qui est venue pour couvrir le deuil.

Qu’à cela ne tienne, la grande question reste non seulement de savoir si ces médias internationaux ont-ils été répertoriés mais aussi est-ce qu’ont-ils réellement perçu de l’argent auprès du Président de la Commission presse ?

La presse locale sacrifiée !

Concernant la presse nationale, il faut dire que seule la RTNC a été chouchoutée comme toujours, au détriment des autres médias congolais qui ont ramassé de la poussière sur le 20.000 $.

Selon nos fins limiers, plus de 100 mille dollars ont été destinés à la Compagnie Congo Airways pour la location de l’avion  qui a conduit la délégation des officiels ainsi que des journalistes  vers Abidjan pour le rapatriement du corps de Papa Wemba à Kinshasa.

Le reste de la cagnotte, apprend-on, a été affecté vers d’autres dépenses conformément au projet présenté par les commissions techniques, transports, billets d’avions pour la famille biologique de l’artiste (enfants) et tant d’autres.

On apprend que la location des  chapelles ardentes et la décoration du Hall du Palais du peuple pour le deuil a bouffé à lui seul la grande partie du budget global. Evidemment, le Palais du peuple a été métamorphosé en un véritable sanctuaire avec un somptueux décor aux allures des funéraires d’un Chef de l’Etat.

Les raisons de Mopao !

Par ailleurs, l’absence criante de Koffi Olomidé aux obsèques de Papa Wemba est aussi le sujet qui continue à défrayer la chronique, suscitant des polémiques déloyales dans le milieu des Congolais à travers le monde.

D’après les informations à notre possession, deux raisons ont empêché le Roi de Tcha-tcho à assister aux funéraires de celui qui lui a donné  le goût de la musique de scène. Premièrement, Koffi Mopao Mokonzi n’a respecté que la parole laissée par le feu Wembadio Shungu, à son épouse Marie Rose Luzolo dit Amazone.

‘‘Que Antoine Koffi et Verckys Kiamuangana ne mettent pas leurs pattes le jour où moi Jules Wemba, je mourrai’’. Cette parole a été prononcée par l’illustre disparu de son vivant, ne sachant pas dans quelle position sera-t-il attrapé par la mort.

Mais, Papa Wemba l’a si bien dit à AMAZONE,  qui a transmis fidèlement son vœu,  à André Kimbuta et Michel Kabeya.  Le gouverneur de la Ville de Kinshasa et son ami Miche Ka, le Grand prêtre, ont été chargés par la veuve pour apporter le message du défunt à Mopao Mokonzi de ne pas s’incliner devant le cercueil de Papa Wemba, conformément à sa dernière volonté.

Au-delà du  respect accordé à la parole du Chef du Village Molokaï, Koffi a été également meurtrie et tourmenté par la disparition de son père biologique, qui n’est autre que Papa Agbepa Charles. Celui-ci a rendu l’âme à Paris  un  jour après  la mort de Shungu Wembadio à Abidjan.

Tandis que Jossart Nyoka Longo et Zacharie Bababaswe ont été instruits pour apporter le même message à Verckys Kiamuangana qui a foulé au pied la parole lui transmise par les deux émissaires d’AMAZONE.

Conséquence, la présence du Président de l’Union de musiciens congolais (UMUCO) au lieu de l’exposition du corps a poussé la veuve Shungu de le chasser devant les caméras et le public en direct de la RTNC.  On se souviendra encore de cette réaction brutale, sans retenue de Marie Rose, qui s’est déroulée au même moment que Tshala Muana s’approchait vers elle pour la réconforter.

C’est par peur que la mamu nationale se réserva de tendre la main à Amazone, alors que cette dernière s’adressait à Verckys Kiamuangana.

Ainsi, la situation a créé une confusion dans le chef des téléspectateurs qui ont suivi la scène en direct. Nombreux ont cru que la veuve s’est fâchée contre Tshala Muana alors qu’elle s’adressait à Verckys,  PCA de la SOCODA.

Qu’à cela ne tienne, la veuve Wemba doit à présent apprendre les droits d’auteurs et droits voisins, apprendre à calculer les frais qu’ils génèrent… Mais, avec la Société  congolaise des droits d’auteurs et droits voisins, dans sa configuration actuelle, le nouveau combat de la pauvre dame risque d’être vain!

Plus de 45 ans de carrière musicale de son feu Jules Shungu risquent de s’évaporer… Elle cherchera à voir clair sur ce point aussitôt avant  qu’il ne soit trop tard. D’où, il faut alors  comprendre le coup de tête de mère Amazone au Palais du Peuple à l’idée qu’elle se fait aussi le porte-voix des veuves de tous nos artistes décédés sur ce dossier précis!

Jordache Diala/ La Prospérité

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire