Après avoir entamé des séances de répétitions avec succès, le désormais surnommé «Mutu ya Tembé», l’artiste musicien Héritier Watanabé n’entend pas dormir sur ses lauriers. Il veut atteindre la vitesse de croisière dans sa nouvelle carrière artistique en solo. C’est ainsi que «Le boss live» prendra l’avion, sauf imprévu, ce vendredi 8 Mai à destina¬tion de Paris en France.
Comme l’on peut l’imaginer, ce périple d’Héritier Watanabé dans la capitale de l’Hexagone est un voyage de prise de contacts avec des potentiels partenaires. «C’est un bref séjour que je vais passer à Paris. C’est juste pour signer quelques contrats. Et, je regagnerai le pays aussitôt», a confié «Wata Plus». A son retour, l’artiste promet de livrer une grande production musicale dans un des beaux cadres de la ville province de Kin¬shasa pour sa première sor¬tie officielle ainsi que celle de l’équipe qui accompagne.

Conscient du lourd travail qui l’attend -celui d’imposer son nom de manière indivi¬duelle dans l’échiquier mu¬sical du pays-, «Mutu ya Tembé» rassure qu’il bosse et continuera à bosser da¬vantage pour faire plaisir et mériter une fois de plus la confiance de tous ceux qui l’aiment et apprécient sa bonne musique. Tenez, c’était, le mercredi 29 avril dernier que ce transfuge du Wenge Musica Maison-Mère et ses poulains ont répété, pour la première fois, devant le public à l’espace «Le no¬ble» chez Sony Ecce homo avec la modération du chro¬niqueur musical Djo K. Ka¬bengele.

La répétition riche en spectacle et en émotion a connu la présence inédite de l’animateur Didier Kalonji dit «Bill Clinton». Au cours de cette rép, les deux artistes se sont remémorés le beau, vieux temps passé aux cô¬tés de Werrason notamment la double production histo¬rique au Zénith de Paris en 2003 où les annales se rap¬pellent des célèbres anima¬tions de «Bill» scandant le nom d’«Héritier». Lors de la même séance, le «Spoon» a révélé que c’est «Wata» qu’il lui a donné le sobriquet de «Macintosh». Il sied de rap¬peler que l’artiste musicien, Héritier Watanabé répète chaque lundi, mardi, jeudi et vendredi en coulisses et le mercredi en présence du public.

DEO KOKOLO