Le comédien Saï-Saï à Makala pour viol sur mineure

Fiston Saï-Saï de son vrai nom Mafinga Sese est à Makala pour viol sur mineure. L’artiste comédien a été transféré, le samedi 31 janvier dernier, au pavillon 11 de cette maison carcérale.

Selon des informations de diverses sources policières, le bouffon de la famille présidentielle se serait abusé d’une fille âgée de onze ans en compagnie de trois de ses amis. L’arrestation du comédien a fait un véritable buzz au sein de l’opinion.

Une frange de l’opinion a applaudi la décision de la justice de foudre « Jesus de Mbandaka » en prison pour sa forfaiture considérée comme crime de guerre par les nations-unis. Son pote, Lady Esobe, avait lui aussi été arrêté puis transféré à Makala, l’année dernière pour viol sur mineure. Mais après des interférences politiques, Esobe avait recouvré sa liberté. Evoloko Joker, célèbre artiste musicien des années 80, était aussi condamné à dix ans de prison ferme pour la même infraction. Des interférences politiques ont pesé en sa faveur pour qu’il soit libéré.

Laquelle liberté avait fâché des esprits à cause de la caravane qui avait été organisée pour fêter la libération de ce dernier. Cela puis se répéter avec Saï-Saï suite à ses rapprochements à la famille présidentielle. A chaque grande manif de la famille présidentielle, Saï-Saï a toujours été invité pour égayer les enfants de Kabila. Il a même reçu une jeep de ladite famille pour une de ses prestations. Les enfants de Kabila l’ont même surnommé « Makaku Mbua » à cause de ses blagues. Si l’épouse du chef de l’Etat intervenait dans ce dossier pour exiger la libération du comédien,

Olive Lembe voudra en ce moment-là une chose et son contraire dans la logique où elle s’est toujours opposée aux actes de viol dont sont victimes presque tous les jours nos mères, soeurs, filles, dans l’Est de la Rd-Congo. Saï-Saï doit donc purger sa peine si la justice établit sa responsabilité comme auteur de l’acte. Sinon si ce dernier recouvrait sa liberté à la suite des interventions politiques ça sera craché sur les femmes et les organisations féminines qui luttent contre les viols. D’où le combat des femmes contre les viols ne vaudrait jamais son pesant d’or.

YVES BUYA

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire