A Maluku, les vrais faux miracles d’un gourou escroc

“Des statues menacent de mort les clients indiscrets”. A la recherche de guérison-miracle pour sa maladie”. “Les statues recommandent la loi du silence”. “Une facture de 20.000 dollars payées n’a pas apporté la solution”, des hommes politiques se sont même fait escroquer..

Les maladies tropicales incurables, les problèmes psychologiques insurmontables et la quête éternelle de la fortune, de l’amour perdu ou d’un bonheur manqué, ne constituent plus un casse-tête pour un cabinet de féticheur guérisseur qui draine depuis deux ans, des foules, dans la zone urbano-rurale de Maluku.

“Des statues menacent de mort les clients indiscrets”

Pour rencontrer le gourou, l’audience est obtenue après plusieurs semaines de démarches et le paiement préalable des frais de consultation. Les plus tenaces réussissent à franchir toutes ces étapes et à se faire diagnostiquer par des statuettes en bois vêtues de raphias et ornées de dents d’animaux. Pour certains clients, inutile d’exposer vos difficultés, las statues parlent comme vous et moi. Très polies, elles vous saluent en lingala. Vos problèmes sont alors dévoilés avec des références dans votre passé récent et lointain.

On croirait que ces sculptures lisent les tourments dans les yeux des clients. Vautré dans un trône en bois délavé et agitant sa tête et une canne majestueuse. Le vieux gourou au nom évocateur de Salakiaku André, un sexagénaire, n’intervient que pour commenter les oracles des ancêtres, las prédictions des statues et les signes révélés par las astres. Au sortir de cet univers oů, prédomine la superstition, las quelques clients déçus sont en proie à des cauchemars insupportables. Astreints à la loi du silence, sous peine de mort violente, personne n’ose trahir le secret de ses contacts avec le vieux gourou. Un P.D.G qui se sentait en danger de mort, a violé l’interdit et sais! la justice. Ci-dessous, ses démêlés avec ce cabinet de guérisseur.

“A la recherche de guérison-miracle pour sa maladie”

Devant la multiplication de soins médicaux, I’abondance des ordonnances médicales et I’absence des signes d’amélioration de son état de santé, un jeune P.D.G s’est tourné vers le cabinet d’un féticheur guérisseur à la carte de visite très fournie et dont la notoriété a débordé les limites territoriales de sa commune. On ne sait jamais, se dit-il, peut-être qu’ici, je trouverai la guérison miraculeuse.

L’homme renonça à la fréquentation de ses médecins. Il annule de nombreux rendez-vous pour se consacrer aux consultations du gourou de Maluku. Le jour de l’audience, le personnel du cabinet a laissé entendre que plusieurs P.D.G et mandataires de l’Etat se succèdent chaque jour dans leur centre. Certains officiels envoient même leurs véhicules chercher le vieux Salakiaku. Le cancer, le diabète, la prostate, la stérilité, l’impuissance sexuelle sont enfin maîtrisés. Aucune maladie, soit-elle la lèpre ou la maladie du sommeil, ne résiste au traitement indigène dispense à Maluku. Chez nous, a affirmé un acolyte du vieux gourou, nous offrons aux chômeurs des postes aux hautes fonctions de l’Etat. Fréquentez-nous et vous ne nous quitterez plus!

“Les statues recommandent la loi du silence”

Le jour J, le P.D.G a rendez-vous avec l’insolite, le mystère et le surnaturel. Non seulement, le diagnostic établi par les statues qui perlent, est bouleversant, même ses quelques souvenirs lui sont rappelés comme dans un film de rétrospective. Le contact entre un homme fait de sang et de chair et des statues dotées de pouvoirs surnaturels s‘est déroulé en présence du vieux Salakiaku, fier d’avoir enregistré l’adhésion d’un nouveau disciple taillable et corvéable à merci.

L’initiation a ses rites et ses interdits. L’un d’eux, la loi du silence, ne peut être violé sous peine de mort violente. Le gourou insiste pour que ce principe sacré ne sont jamais transgresse. Ne jamais dire à personne ce que tu as vu et entendu! sinon, tu deviendras fou ou tu en mourras! Quelques breuvages mettront l’initié dans un état psychologique particulier.

“Une facture de 20.000 dollars payée n’a pas apporté la solution”

Le P.D.G se verra réclamer par les statues la somme de 20.000 dollars. Cette première facture honorée, il croyait que la guérison-miracle allait intervenir. Rien ne s’est manifesté. Toujours les mêmes tourments et souffrances morales. Comme si cela ne suffisait pas, la bande à Salakiaku lui a arraché une importante somme en francs congolais, sous prétexte de lui procurer des pouvoirs particuliers.

Au fil des jours, les promesses devenaient élastiques. Aucun miracle ne s’est produit. Le doute s’est installé sur l’efficacité du traitement dispense par le vieux de Maluku. Et même les P.D.G qui, selon le personnel soignant, fréquentaient le cabinet de ce fameux féticheur, n’existaient que dans l’imagination des acolytes du gourou. Voila pourquoi à bout de patience, l’homme a alerté la police qui recherche activement Jeannot Abeli, M. Marc, un sujet belge, un certain Jean-Paul, américain et gabonais, tous membres de cette bande d’escrocs. Signalons que d’autres victimes ont franchi le rubicond de l’interdit sur la loi du silence et porté plainte. A Maluku, le cabinet est déserté.

Une affaire à suivre!

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire