Kinshasa: le ministère Amen à Limete visité par des inciviques

Nomades dans la ville de Kinshasa, après de nombreux cas de vol à main armée commis ici et là, dont certains sont connus de la police, d’autres encore ignorés, les membres de la bande à l’adjudant Mabaka, avaient  opté pour cette stratégie qui a longtemps payé.

Finalement deux d’entre eux sont tombés dans les filets du Groupement de recherche et d’investigations.  C’est le chef de bande, l’adjudant Mabaka Buta Sumahili Ismaël alias Isma et son acolyte Isangu ya Lolingo Papy alias Lokolo, que les limiers sont parvenus à appréhender au terme de leur longue cavale, pendant que leurs comparses sont toujours en fuite.

Mis immédiatement dans les cachots du Commissariat provincial de la police ville de Kinshasa, a débuté à l’état-major du Groupement de recherche et d’investigations, l’interrogatoire musclé de l’adjudant Mabaka et de Isangu ya Lolingo. Avec leurs apparences déroutantes de personnes inoffensives,  ces deux membres de la pègre sont finalement passés aux aveux, dévoilant un palmarès de brigands de la pire espèce, genre Al Capone.

Ils ont spontanément reconnu que c’est leur bande qui à deux jours de la fête de Noël 2014, avait fait irruption dans le temple du ministère Amen situé sur avenue Venus n° 7283, 7ème rue Limete, quartier Industriel. Revolver pointé sur les fidèles surpris en prière, l’adjudant Mabaka et son acolyte Isangu Lokolo ont alors amassé un gros butin constitué des biens de plusieurs victimes. Téléphones, bijoux, sacs à main, mallettes et billets de banque, sont arrachés. On raconte que les malfrats ont fait main basse sur certains équipements de musique.

Le forfait accompli, les voilà qui ressortent de l’église et s’évanouissent dans la nature. Ils auraient emprunté une route sinueuse, afin de dérouter les éventuels poursuivants. Le lendemain, ce vol a été condamné dans les milieux religieux de la place. Et des prières ont été dites pour implorer à Dieu, le pardon au bénéfice de ces voleurs ou un châtiment exemplaire proportionnel à leur forfaitaire.

En octobre dernier, les souhaits de chrétiens ont été exaucés. Adjudant Mabaka et son acolyte Isango sont aujourd’hui entre les mains de la justice. L’on sait que dans leur bande, trônait un certain colonel Evo non autrement identifié, encore en détention à la Prison centrale de Makala où il purge une peine d’emprisonnement lui infligée par la Cour militaire, pour avoir été reconnu coupable de plusieurs actes de banditisme.

Rappelons à l’occasion que lors de l’accrochage intervenu dernièrement à la station d’essence Engen située au croisement des avenues Kasa-Vubu et de l’Enseignement, des coups de feu ont été tirés par les bandits et les policiers. Le colonel a enfin été maîtrisé parce qu’il a été blessé par balle.

Sur leur palmarès, il a été également inscrit un vol à main armée qui avait été perpétré le 12 juin 2015 vers 9 H, au domicile d’un sujet chinois, sur avenue des Cocotiers n°2 B, quartier Batetela. Lin Xining a été surpris de recevoir la visite insolite des malfaiteurs qui ont d’abord neutralisé son cuisinier Iyo Ngumba, résidant sur avenue Bushira n°101, quartier 11, commune de N’Djili.

Au cours de ce forfait, la bande a emporté un coffre-fort contenant une importante somme d’argent, ainsi que des ordinateurs.

Le 20 juillet 2015, vers 20 H, le même groupe a frappé sur avenue Kasamvu n°42, quartier Synkin, à Bandalungwa où ils ont dépouillé la victime, M. Wandevula Alphonse, de ses économies, ses téléphones et ses ordinateurs portables.

J.R.T./Le Phare

Leave a Comment

Laisser un commentaire