Kinsuka : à la découverte de « l’île des singes », mangeuse d’hommes (photo)

En aval du Pool Malebo, à Kinsuka, se trouve une île appelée « île des singes ». Cette île mystérieuse est inexploitée et inexplorée jusqu’ici. C’est un véritable mystère ! On ne sait ni ce qui s’y trouve ni comment on y vit. Une chose est certaine c’est qu’il n’y a pas de présence humaine car tout homme qui s’y aventurerait disparaîtrait

Un îlot d’environ trois à quatre heures. Non loin d’un autre îlot rendu célèbre par un ministre AFDL de la Reconstruction nationale à cause du fameux projet de construction d’une cité touristique qui porterait le nom de « Cité de l’an 2000 ». « L’île des signes », c’est d’elle qu’il s agit, est à quelque 300 mètres de l’île Kyudi à Kinsuka, là ou le fleuve Congo se rétrécit après une vaste escapade dans le Pool Malebo et avant d’entrer dans sa zone de turbulence oů les chutes et rapides font bon ménage.

Si l’île Kyudi, trois fois plus étendue, est fréquentable, l’île des singes n’a pas connu une expérience humaine depuis plusieurs décennies. Ici, une forêt dense vieille comme le monde héberge presque toutes les espèces d’animaux les sous féroces et les plus sauvages. Personne ne sait précisément ce que renferme cette forêt insulaire mystérieusement gâtée par la nature. Des chimpanzés les plus coriaces, des boas, des cobras et toutes les races de serpents les plus venimeux ont trouvé refuge dans cet îlot qui n’arien à envier au fameux îlot Persil qui fait monter la tension entre le Maroc et l’Espagne.

Faute d’être pourchassés ou abattus par l’homme, les animaux et les reptiles vivant dans l’île des singes procréent et se multiplient démesurément au point que pour tout festin, les plus forts croquent les plus faibles, dans une sorte de monde « cannibalisé », à la Darwin.

Vieille légende

Les pêcheurs qui opèrent dans les environs de cette île racontent qu’à l’approche de celle-ci le jour se transforme en crépuscule et à force de s’y approcher le crépuscule cède la place à la nuit, à la panique et à l’horreur. Tous ceux qui ont osé braver « l’interdit » se sont volatilisé dans cette nature sauvage. Leurs corps n’ont pu jamais être retrouvés.

L’histoire mystique et mystérieuse de l’île des singes remonterait à plusieurs siècles, plus précisément à partir du moment oů les chefs indigènes humbu qui régnaient et règnent encore sur les villages de Kimbwala, Malueka et Kinsuka étaient encore capable de beaucoup d’exploits surnaturels et fantasmagoriques. D’après une certaine légende, l’île des singes qui attend toujours d’être « déviergée » – est devenue mangeuse d’hommes avec l’extension de Kinshasa vers l’Ouest. Les chefs humbu n’appréciant pas l’expropriation de leurs terres par les nouveaux venus, y auraient installé un « aéroport » international pour tous les sorciers humbu du Congo-Brazzaville et du Congo-Kinshasa décidé à défendre leurs terres.

Il semblerait que cette île garde jusqu’aujourd’hui les stigmates de son histoire mouvementée. Des squelettes humains et animaux griseraient ça et là dans les arbrisseaux drus qui poussent sous les pieds des arbres séculaires. Selon des membres de la famille coutumière humbu de Kinsuka-Pêcheurs que nous avons abordés, depuis quelques décennies, l’île des singes est entrée en rébellion même contre ses anciens maîtres. Et aujourd’hui, personne n’a plus la maîtrise des données géographiques et géostratégiques de cette île.

Même les sorciers n’y accèdent plus. Un pêcheur qui a osé s’approcher dernièrement jusqu’à moins de 50 mètres, raconte qu’il y a aperçu de gros rochers non loin de la lisière. « Je n’ai pas été effarouché par les phénomènes surnaturels observés, mais j’ai été plutôt découragé par l’histoire. Le fait que cette forêt ne soit jamais fréquentée depuis belle lurette suppose que les animaux qui s’y trouvent sont hostiles à l’espèce humaine. Raison pour laquelle je n’ai voulu prendre le risque d’y accéder », a-t-il déclaré.

Que faire ?

En 2000, un ingénieur qui prestait au ministère du Plan affirmait alors que  la solution réside dans l’utilisation du système aérien : « Si le projet de construction de la Cité de l’an 200 sur l’île voisine de Kyudi avait abouti, nous aurions déjà levé le mystère de l’île dans singes. Nous avions envisagé d’utiliser d’abord un hélicoptère de renseignements, puis procéder à des bombardement aériens sur cette îles ». Il semble aussi que l’île des singes est riche en gisement pétrolier…

15 ans plus tard, cette île est reste même, toujours inéxploitée et pleine de légendes. Aimeriez-vous y aller?

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire