Kinshasa : les indications de nouveaux « robots roulages »’ pas très respectées !

A vue d’œil, trois nouveaux dispositifs électromécaniques de contrôle et de régulation automatique de la circulation dits ‘’Robots roulages ‘’ sont désormais visibles à Kinshasa. Cela, sur trois axes principaux de la Ville. Les artères bénéficiaires sont le Rond-point Victoire, situé à Matonge, dans la commune de Kalamu, l’avenue du 24 novembre, à son croisement d’avec l’avenue Nyangwe. Puis, enfin, la grande place de Kintambo/Magasin. L’installation de ces engins a été effectuée, le lundi 2 mars 2015.

Il s’agirait-là, d’un premier lot, destiné à la ville de Kinshasa, apprend-on, de Mme Thérèse Iza Kirongozi. Cette dernière, présidente de l’Ong Women’s Technology, structure créatrice desdits Robots, a déclaré dernièrement que trente dispositifs doivent être installés, d’ici et là, à Kinshasa, la belle. Seulement, voici qu’un constat mené sur les sites où sont déployés les nouveaux roulages électromécaniques, fait douter de la volonté des usagers des routes à respecter les indications données.

En effet, l’application des indications des automates régulateurs du trafic routier ne sont toujours vraiment pas respectées sur ces tronçons, contrairement à ce qui est in globo observé sur le Boulevard Triomphal ou encore sur le Boulevard Lumumba où les dits robots roulages sont là, depuis maintenant plusieurs mois.
En effet, bien des chauffeurs fréquentant ces artères, ne suivent pas les indications de feux de signalisation brandis par les robots roulages. C’est à croire qu’ils sont daltoniens ou, pis encore, qu’ils souffrent d’une vision mono-chromique où tout le temps et partout, la couleur verte est affichée.

Haro des observateurs

« Un chauffeur chauffard qui brûle un feu rouge, ça court les rues, le kinois n’en a pas le monopole. C’est un fait observable dans bien des villes du monde. Le malheur est qu’ici, dans ces tronçons, à certains moments, ce n’est plus qu’un chauffeur. Mais, toute une bande de chauffards qui brûlent les feux rouges. Cela, occasionne la création des embouteillages », s’est exclamé, un piéton, sous le sceau de l’anonymat. « Cette situation finie par engendrer des bouchons parfois dans ces artères», a-t-il poursuivi.

Un cas pareil est survenu, le 2 mars dernier, a-t-on appris, de sources sûres. C’était au croisement des avenues du 24 novembre et Nyangwe où un robot roulage était placé. Alors que ce dernier continuait son exercice automatique d’indications des feux, la congestion sur la route était quasi totale. Il a fallu une intervention des agents de la police routière pour décanter la situation. « Ce n’est pas l’efficacité des robots roulages qui est remise en question. Mais, il est plutôt question, ici, du respect des codes de bonne conduite. Le problème n’est pas global. Il est, par contre, particulier. Car, ce n’est qu’une frange des chauffeurs qui s’évertuent dans l’indiscipline », a tenu à souligner à ce sujet, un chauffeur de taxi bloqué dans un embouteillage.

Appel à la conscientisation

Des voix s’élèvent pour appeler à une campagne de conscientisation des chauffeurs sur le respect des différentes indications du code de la route. Celles des feux des robots roulages, incluses, de facto. « Dans ces tronçons, les chauffeurs roulent de la sorte. D’où, les petits couacs observés. L’innovation de ces engins est, certes, d’ordre technologique. Mais, une application réussie dans notre société dans les différentes artères très prisées, nécessite une évolution des mentalités des chauffeurs », dixit un cadre, interrogé sur terrain.

‘’Robot roulage’’, ‘’robot policier’’

Des fins limiers renseignent que fort de l’amélioration technologique dont ils sont le produit, les nouveaux robots roulages en déploiement, vont transmettre en temps réel, des images aux forces de sécurité. « Chaque nouveau robot est muni de quatre caméras et d’un système de transfert de données à la Centrale de contrôle et de surveillance située au Commissariat provincial de la police ville de Kinshasa. C’est au bureau du général Célestin Kanyama que le Centre de contrôle va être installé», a affirmé Thérèse Iza Kirongozi, l’initiatrice de ce grand projet.
L’innovation technologique des robots roulages exige une évolution de l’éthique des chauffeurs. Que les chauffards prennent garde car l’œil du roulage de demain est sur eux !

Danny Ngubaa

 

1 Commentaire

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire

  • La peur du policier est le début de la sagesse dit-on. Vous êtes-vous posé la question de savoir pourquoi les chauffeurs Kinois n’ont-ils pas peur des policiers ? C’est tout simplement ces derniers ont vendu leur dignité en percevant une taxe (que je vous laisse la latitude de qualifier) et en conséquence les chauffeurs font ce qu’ils veulent.