Il n’y a pas de corbillard à Mbandaka!

Les habitants de Mbandaka, chef-lieu de la province de l’Equateur, ont lancé un SOS vendredi pour exprimer leur calvaire dû au manque de corbillard devant conduire leurs morts au cimetière pour enterrement.

Cette situation  est plus ressentie dans les familles démunies où, souvent, les morts sont transportés à mains d’hommes  jusqu’au cimetière en parcourant une distance, selon le cas, de 3 à 5 km.

Pour les agents des services publics et entreprises publiques, les FARDC, PNC et autres, possédant un charroi automobile, le problème  est aisé  dans ce sens qu’un véhicule de service sert de corbillard pour la circonstance. A défaut, les véhicules des particuliers sont sollicités pour usage de corbillard, moyennant, un montant convenu. Un autre casse-tête est celui de garder un corps à la seule morgue de la ville de Mbandaka.

Outre la facture à payer qui n’est pas de moindre, il faudra encore acheter du carburant, en l’occurrence deux bidons de 25 litres par jour  pour tourner le groupe électrogène. Face à toutes ces conditions, plusieurs familles recourent  au système d’exposer le corps à la parcelle familiale le jour du décès, pour procéder, le jour suivant, à l’inhumation, le corps n’étant pas embaumé.

Les quelques rares familles  qui gardent les corps de leurs membres de famille à la morgue  sont celles qui disposent assez des moyens ou des agents des sociétés ou des entreprises ayant une dimension nationale.

Les habitants de Mbandaka ont lancé aux opérateurs économiques et aux personnes de bonne volonté pour envisager de créer un service de pompe funèbre  pour aider la population à enterrer convenablement leurs morts.

ACP

Leave a Comment

Laisser un commentaire