La peau blanche à tout prix!

Si le beurre de karité suffisait autrefois pour avoir une peau brillante et uniforme, la civilisation et la modernité sont des facteurs qui parfois lorsqu’elles sont mal comprises font disparaitre nos valeurs culturelles car par la dépigmentation, la femme africaine est toujours entrain...

Si le beurre de karité suffisait autrefois pour avoir une peau brillante et uniforme, la civilisation et la modernité sont des facteurs qui parfois lorsqu’elles sont mal comprises font disparaitre nos valeurs culturelles car par la dépigmentation, la femme africaine est toujours entrain de perdre une grande partie de son identité, de sa fierté, qui est sa couleur d’ébène.

Ce phénomène est très répandu en Afrique depuis  quelques  années, le Mali cependant n’est pas une exception. Dans nos grandes villes ainsi que les zones rurales, cette pratique aujourd’hui est faite par plusieurs femmes. En effet, la dépigmentation est aujourd’hui un sujet qui mérite une discussion profonde car à croire que l’africanité de la couleur de la peau est entrain de disparaitre.

Au Mali il devient de plus en plus difficile d’identifier un teint clair de nature et un teint clair artificiel car la propagation des produits cosmétiques dépigmentant dans nos marchés, les boutiques des produits de beauté…, laisse un impact négatif dans nos sociétés. Une grosse poignée de femmes pour des raisons innombrables  se décolorent la peau. Ce phénomène est aujourd’hui  devenu une mode car des plus instruites aux moins inscrites en passant par les analphabètes, nombreuses elles sont celles qui veulent devenir blanches à tout prix. Les pommades à base d’hydroquinone, de corticoïdes….sont maintenant les plus sollicitées dans nos boutiques cosmétiques et marchés locaux. C’est ce que nous témoigne Abdoulaye Fomba vendeur de pommades cosmétiques au grand marché de Bamako :<< Les pommades éclaircissantes sont les plus achetées et sur 10 clientes huit à neuf veulent avoir une peau claire et achètent les produits éclaircissants. La dépigmentation touche presque toutes les couches sociales et tous les âges car parmi mes clientes, il y a des intellectuels, des commerçantes, des ménagères, des fonctionnaires, des étudiantes, des adolescentes et même parfois des enfants et des femmes âgées. Elles veulent toutes avoir des peaux éclatantes et uniformes voici pourquoi certaines peuvent acheter en un seul coup plus de 25000F de produits pourvu que les résultats soient satisfaisants. Je suis personnellement contre la pratique, la preuve est que chez moi aucun membre de ma famille n’ose utiliser ces produits et il m’arrive parfois de conseiller à certaines qui commencent à avoir des problèmes de peau de laisser les éclaircissants mais je ne peux refuser de leur vendre sinon je finirai par fermer ma boutique car elles sont mes meilleures clientes. >>

Par ailleurs les raisons qui poussent ces femmes à renier leur peau noire sont nombreuses. Maimouna Diakité, étudiante, âgée d’environ 30 ans, utilise des produits éclaircissants depuis 10 ans. << J’ai commencé à m’éclaircir la peau alors que j’étais encore élève. Je le fais parce que je trouve que la peau claire est plus belle et plus attirante. J’ai aussi fait le constat que lorsque tu as une peau blanche, tu es plus remarquée que celles qui sont noires. Beaucoup d’hommes aujourd’hui  préfèrent les femmes claires même si leur couleur n’est pas authentique, c’est parfois la raison qui nous poussent à nous éclaircir bien qu’on connaisse les conséquences. Il m’arrive souvent de prendre la décision de ne plus m’éclaircir car parfois ça provoque des problèmes de peau, des boutons, des tâches brunes… mais une fois qu’on commence à se dépigmenter, on a du mal à se retrouver. C’est comme la drogue ou la cigarette.  >> raconte-t-elle.

Moussa Cissé, entrepreneur, trouve que la dépigmentation est aujourd’hui une maladie très contagieuse qui doit être traitée. << C’est décevant de voir comment les femmes sont entrain de refuser de valoriser leur belle peau noire. Il est maintenant presqu’un miracle de voir une femme noire qui accepte sa couleur, la dépigmentation est la pratique à laquelle s’adonne plusieurs femme à Bamako. Je trouve que cette pratique est un refus de soi et je trouve absurde quelques soient les raisons qui peuvent amener quelqu’un à ne pas s’accepter tel qu’il est. Le comportement de certains hommes est aussi déplorable car en ignorant les femmes noires, ils contribuent à la hausse du nombre de dépigmentée, ce qui est très dangereux car cela peut provoquer dans les années à venir la disparition de la couleur noire. >>

Complexées par cette peau noire, beaucoup pensent que la peau claire est supérieure et plus jolie alors que telle n’est pas le cas. Aucune couleur n’est inferieure ou supérieure. C’est en aimant et valorisant ce qu’on a qu’on arrive à le faire aimer aux autres. C’est cette différence harmonieuse qui fait la beauté du monde. La dépigmentation, loin de ce que pensent les pratiquants  et amateurs ne rend pas la peau belle au contraire, elle détruit le naturel et cause des fois des problèmes de peau difficiles à y remédier. La dépigmentation peut faire apparaitre sur la peau des boutons, des tâches noires, des cicatrices, et souvent conduire à certaines maladies telles que le cancer, la destruction de la mélamine, le diabète… et fragilise la peau qui est désormais sensible à la moindre d’agression.

<<Avant j’avais une belle peau noire et tout le monde appréciait mon teint mais en voulant ressembler à des amies qui se sont éclairci la peau, j’ai finie par les envier et c’est comme ça que j’ai commencée à utiliser des produits éclaircissants. Au début ça marchait, j’étais très contente des résultats mais 2 ans après, je n’arrivais pus à reconnaitre ma peau. Apres plusieurs vas et viens dans des boutiques cosmétiques,  rien ne marchait sur ma peau au contraire  tous ce que j’utilisais aggravait ces grosses tâches horribles que j’ai sur le cou et le visage. C’est ainsi d’une collègue de travail m’a parlée d’un dermatologue. J’ai dépensé énormément d’argent dans l’espoir de récupérer mon teint d’avant mais jusqu’ici, bien que j’aie laissé ces éclaircissants en utilisant les produits qui m’ont été prescrits par le dermatologue, mes tâches se sont un peu dissipées mais ma peau est toujours dans un état inquiétant. J’ai peur de ne plus retrouver ma belle peau d’avant. Je regrette énormément aujourd’hui de m’être livrée à cette pratique >> nous confie avec remords Fatoumata Samaké.

Cependant les conséquences de la dépigmentation sont très graves car elles jouent sur la victime tant moralement, physiquement que financièrement. Alors que la propagation des produits éclaircissants, les publicités  de ces éclaircissants à travers les medias (les télévisions,  radios…) encouragent de plus en plus des femmes à payer ces produits néfastes qui détruisent la beauté africaine. Une sensibilisation  est nécessaire sur le sujet afin que ce phénomène  se freine  alors qu’il est encore temps.

Sorofing TRAORE