mercredi, novembre 22, 2017
13 °c
San Francisco

Les musiciens congolais et les fétiches: révélations!

Faut-il dire que Dieu le Créateur n’a pas vraiment de place dans les cœurs de nos musiciens et que tous ceux qui font déplacer les montagnes ne sont que des alliés du vieux Belzébul autrement baptisé Lucifer ?

Le succès que ne cessent de récolter nos artistes-musiciens à chacune de leurs productions tant à Kinshasa, en provinces qu’à l’étranger, est devenu, de nos jours, un sujet à polémique. Certains n’y voient pas clair, tandis que les autres, très sceptiques, ne parlent plus que des pratiques fétichistes dont nos artistes-musiciens sont friands.

Poussant plus loin leur raisonnement, d’autres encore parlent des sacrifices humains et, pourquoi pas, des messes noires célébrées nuitamment par les faiseurs de musique avec la “ bénédiction ”, pardon la complicité de célèbres marabouts et autres “ puissants ” pasteurs spécialisés dans le mysticisme.

Faisant alors semblant d’évoluer comme de vrais enfants de Dieu, la quasi-totalité des musiciens congolais a curieusement, signé des pactes avec des “ grands maîtres ” qui leur procurent pendant une période bien définie la force d’avoir du succès ainsi qu’un semblant de stabilité.

Mais, ce succès et cette stabilité ne sont que châteaux bâtis sur du sable et qui s’écroulent au premier coup de vent.
Car, nul ne peut prétendre faire honneur à l’Eternel en ayant les mains souillées.

On a encore la mémoire fraîche pour se souvenir de ce qui est arrivé dernièrement à un célèbre animateur évoluant au sein d’une grande formation musicale congolaise et qui, après des ébats amoureux dans une chambre d’hôtel de la place, s’est transformé en “ monstre ”. Cela, pour n’avoir pas respecté les consignes de son maître.

L’on se rappellera aussi cet autre grand artiste-musicien congolais qui, pour avoir du succès, avait simplement sacrifié son jeune frère, lui aussi musicien au sein d’un jeune groupe musical en plein essor…

Et, avant sa mort survenue quelques années plus tard, ce grand artiste est allé confesser dans une assemblée chrétienne à Kinshasa et demander pardon au Tout Puissant pour tous les maux qu’il avait, de son vivant, causés à sa famille.

Dans le même contexte et d’une source sûre, un autre artiste-musicien de renommée aurait sacrifié son garde du corps pour hériter de sa force et faire recette…

Une autre star de la chanson congolaise sur recommandation de son féticheur, est devenu spécialiste dans la sodomie afin d’attirer, après chacune de ses actions, de l’affluence à ses productions.

Les exemples sont légions. Faut-il en conclusion dire que Dieu le Créateur n’a pas vraiment de place dans le cœur de nos musiciens et que tous ceux qui font déplacer les montagnes ne sont que des alliés du vieux Belzébul autrement baptisé Lucifer ? Y a-t-il une raison de le croire ?

La Bible nous renseigne pourtant : “ Beaucoup sont appelés, peu sont élus … ”

(Milor)

Kingunza Kikim Afri/L’Avenir