La Belgique prête a frappé les proches de Kabila !

Au total sept personnes, soupçonnées d’être impliquées dans des violations des droits de l’homme et qui pourraient se voir infliger des sanctions en cas de nouvelle vague de répression.

« Il a été plus difficile de se mettre d’accord à 28, reconnaît l’un de ses diplomates, mais nous disposons maintenant d’une liste de personnes susceptibles d’être sanctionnées par le gel de leurs avoirs et une interdiction de voyager en Europe. »

Pour rappel, le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, annonçait que la Belgique avait décidé de limiter à six mois la durée des visas octroyés aux responsables congolais porteurs de passeports diplomatiques, en raison de l’évolution de la situation politique en RDC, où les élections prévues avant la fin de l’année seront inévitablement et cette mesure pourrait peut être reportées jusqu’à la fin 2018.

De l’autre côté, après avoir gelé les avoirs de trois généraux congolais (Célestin Kanyama, John Numbi et Gabriel Amisi),par Washington les prochaines sanctions « devraient viser les figures clés du gouvernement du président Kabila ». Pour ceux dont « les actions sapent le processus démocratique » − aucun nom n’était avancé − des refus de visa et des gels des avoirs étaient à prévoir.

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire