Des membres de la communauté congolaise demandent à Justin Trudeau d’intervenir en RDC

La guerre civile fait rage depuis une vingtaine d’années dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC) où le viol et la mutilation sont les principales armes de guerre. Canadienne d’origine congolaise, Nathalie Kalambay raconte : « On voit des enfants de sept...

La guerre civile fait rage depuis une vingtaine d’années dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC) où le viol et la mutilation sont les principales armes de guerre.

Canadienne d’origine congolaise, Nathalie Kalambay raconte : « On voit des enfants de sept ans se faire violer par plusieurs hommes. […] On oblige son fils à violer sa propre mère, et on reste sans rien dire ».

Depuis 1996, plus de cinq millions de Congolais sont morts aux mains de l’armée et de différentes factions rebelles.

Depuis plusieurs semaines, de violentes manifestations ont aussi lieu alors que les opposants au président Kabila l’accusent de s’accrocher illégalement au pouvoir.

Faire cesser les violences

Des membres de la communauté congolaise, réunis à l’Université de Toronto ont dénoncé samedi l’inaction du Canada et de la communauté internationale.

Dieudonné Kandolo est avocat et ancien procureur en RDC. « La RDC est un des pays de la francophonie, rappelle-t-il. Justin Trudeau est allé au Liberia parce qu’il veut promouvoir les droits de la femme. Alors nous voulons que le Canada soit sensible à cette question. »

Le groupe demande à Justin Trudeau d’intervenir de façon humanitaire ou militaire pour que les violences cessent.

Surveiller les minières canadiennes

Ils veulent aussi que son gouvernement surveille davantage les activités des minières canadiennes en sol congolais.

Ces compagnies ne respectent pas les conventions de l’ONU, affirme Peter Dawson professeur spécialiste des génocides à l’Université York.

« Elles profitent de la situation pour gagner des milliards de dollars en profit dans des régions contrôlées par les rebelles, explique-t-il et les métaux qu’elles exploitent se retrouvent ensuite dans nos automobiles, nos avions, et nos téléphones cellulaires. »

L’affaire de tous

La guerre civile concerne tout le monde, estiment les membres de la communauté congolaise de Toronto.

Je crois que le commun des mortels au Canada n’est pas informé sur ce qui se passe en RDC, mais je sais que le gouvernement canadien est au courant, mais on ne les voit pas agir.

Le groupe fera parvenir une lettre à Justin Trudeau dans les prochains jours.

Radio Canada

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire