La République démocratique du Congo (RDC) a demandé des explications aux autorités suisses après la mort du jeune Hervé abattu à Bex (VD) par un policier. Elle veut savoir ce qui s’est réellement passé, explique lundi l’ambassade de RDC à Berne, revenant sur des informations du Matin de samedi.

«C’est une note verbale» qui a été adressée après le drame au Département fédéral des affaires étrangères (DFAE), précise un responsable de l’ambassade. «Nous allons suivre très attentivement l’évolution de l’affaire. Nous n’avons pas encore de réponse», ajoute-t-il.

En parallèle, l’ambassadeur de Suisse à Kinshasa a été invité il y a deux semaines à un entretien auprès des services congolais. L’émotion est «très forte» après cette mort, comme on a pu le constater lors de l’enterrement d’Hervé vendredi à Lausanne suivi par plus de 300 personnes, relève l’officiel congolais.

Couteau à la main

Le 19 novembre, plusieurs centaines de personnes ont marché pacifiquement à Lausanne pour rendre hommage au jeune homme et protester contre «le profilage racial». Père d’un garçon de sept ans, Hervé est décédé le 6 novembre à Bex lors de l’intervention de la police du Chablais dans son immeuble.

Selon les forces de l’ordre, un agent a tiré à plusieurs reprises dans sa direction alors qu’il se ruait sur les policiers un couteau à la main et après les sommations d’usage. Une enquête est en cours. (ats/nxp)