Selon le capitaine Mak Hazukay Mongba, la libération des ex-otages a eu lieu durant ces derniers jours.

Certains ex-otages ont déclaré que les rebelles des Forces démocratiques alliées (ADF) les ont arrêtés pour faire comprendre à l’armée congolaise qu’ils contrôlaient certaines parties de Beni, dans l’est de la RDC.

Selon Omar Kavota, directeur d’une organisation congolaise de défense des droits de l’homme, le groupe rebelle représentait une menace pour la localité de Béni.

Le groupe ADF figure parmi les dizaines de mouvements armés qui se disputent le contrôle de l’est de la RDC, une zone très riche en ressources minières.

Ils sont accusés d’avoir tué près de 700 civils depuis octobre 2014.