UNC – Alain Mbaya : le parti devra entrer en contact avec Samy Badibanga pour l’écouter…

Au Gouvernement depuis quatre ans et sept mois, l’ex-Premier ministre Matata Ponyo a tenu son ultime conseil des ministres. Et ce, après qu’il ne soit remplacé à ce même poste par le député national Samy Badibanga Ntita, président du Groupe parlementaire UDPS et Alliés.

Même si son président national ne fera pas partie de cette équipe, le parti entend placer ses pions si les échanges sont satisfaisants avec le nouveau locataire de la Primature

La semaine dernière, après la nomination de Samy Badibanga par Joseph Kabila comme nouveau premier ministre, en remplacement d’Augustin Matata Ponyo, l’Union pour la nation congolaise (UNC) s’est aussitôt réunie pour prendre acte de la décision du chef de l’Etat.

Il était alors question de savoir si Vital Kamerhe acceptera de faire partie de ce gouvernement issu du dialogue de la cité de l’Union africaine. Surtout que ce dernier ne s’était pas encore prononcé pour donner sa position.

Aux dernières nouvelles, apprend-on, l’ancien président de l’Assemblée nationale a décidé finalement d’engager son parti à participer à la nouvelle équipe gouvernementale.
D’ailleurs, V.K prétendrait qu’il a toujours visé plus haut que le poste de premier ministre.

Quant à savoir si des cadres de l’UNC peuvent être nommés ministres ou vice-ministres de cette équipe qui a pour mission d’organiser les élections et améliorer le social de la population, ce parti entend échanger préalablement avec le nouveau chef de l’exécutif avant de se prononcer.

Mais la tendance évolue déjà dans le sens de faire partie de l’équipe gouvernementale, la dernière, peut-être, du mandat finissant de Joseph Kabila.

Alain Mbaya, membre du bureau politique et président du conseil national de l’UNC, soutient que le parti devra entrer en contact avec Samy Badibanga pour l’écouter, avoir ses propositions et être fixé sur les responsabilités qu’il entend confier à cette formation politique au sein du gouvernement. Ce n’est qu’après ces discussions que l’Union pour la nation congolaise pourra prendre position, a dit ce proche de Vital Kamerhe.

Mais dans son agenda, l’ancien président du groupe parlementaire de l’Udps et alliés compte, d’abord, rencontrer le chef de l’Etat pour des discussions d’ordre purement technique, avant des entretiens avec des états-majors politiques pour la formation du gouvernement devant conduire les Congolais aux élections.

Une tâche extrêmement difficile quand on sait que le budget de l’Etat pour l’exercice 2017, réduit de moitié par rapport à celui de 2016, est trop insignifiant pour couvrir tous les secteurs de la vie en République démocratique du Congo.

C’est après ces discussions qu’il échangera avec l’Opposition pour rencontrer singulièrement des partis politiques. Mais il est clair que le Rassemblement ne sera pas consulté, surtout que ce dernier ne reconnait ni le forum de la cité de l’UA dont est issu ce nouveau gouvernement, ni Samy Badibanga comme premier ministre.

La Majorité présidentielle devra également discuter avec le nouveau locataire de la Primature avant de déléguer les siens au gouvernement d’union nationale. Tout compte fait, il faudra encore une semaine pour voir Badibanga former son staff, le temps de dissiper les quelques zones d’ombre qui persistent encore et faire la remise et reprise avec Matata Ponyo.

Des réunions s’intensifient ça et là pour monter des stratégies et étudier comment convaincre le nouveau Premier ministre à concéder quelques ministères clés  de ce gouvernement. Néanmoins, la dimension de l’équilibre géopolitique, le critère de compétence ainsi que la représentation féminine doivent impérativement être pris en compte dans la formation de la nouvelle équipe gouvernementale.

Par LM