Nord-Kivu: nouvelle rébellion en gestation

La province du Nord-Kivu est menacée par une nouvelle rébellion, qui devrait avoir pour rampe de lancement le territoire de Rutshuru, dans sa partie frontalière avec l’Ouganda. L’alerte a été donnée hier mardi 15 novembre 2016 par le gouverneur de cette province en personne, Julien...

Selon l’autorité provinciale, plusieurs villages de ce territoire connaissent des infiltrations d’hommes armés dont les uns sont identifiés comme d’anciens combattants de l’ex-rébellion du M23 du colonel Sultani Makenga et d’autres comme d’éléments incontrôlés opérant sous les autres d’un colonel dissident de FARDC (Forces Armées de la République Démocratique du Congo), le nommé Eric Ndoli.

Les éléments de l’un et de l’autre ont déjà fait jonction au niveau des villages Sarambwe et Kasisi.

Selon le gouverneur Julien Paluku, les services de renseignements ougandais lui ont confirmé dernièrement l’information faisant état de la disparition du colonel Makenga et de ses ex-combattants du site où ils étaient cantonnés après leur défaite militaire face aux forces conjointes FARDC/Monusco en octobre 2013. L’ambassadeur de l’Ouganda à Kinshasa, James Kinobe, que ce responsable de la territoriale déclare avoir contacté à ce sujet, a reconnu que son pays a effectivement perdu les traces de cet officier rebelle et de ses hommes.

Un nouveau mouvement rebelle est donc en gestation au Nord-Kivu, prêt à semer la mort et la désolation au sein de sa population, à piller ses ressources naturelles, à remettre en cause l’unification territoriale et administrative, à déstabiliser le pays et à perturber le processus électoral déjà sérieusement mis à mal par les contraintes politiques, techniques et financières.

C’est le lieu de rappeler que le Nord-Kivu, éternel ventre mou du dispositif sécuritaire de la RDC, a déjà connu plusieurs rébellions qui présentent toujours le même décor infiltration à partir du Rwanda ou de l’Ouganda, passivité des autorités civiles et militaires tant locales que provinciales, complicités internes et externes avec les forces négatives… contre-offensive militaire tardive.

Nous venons d’apprendre des sources officieuses que le colonel Sultani Makenga se serait suicidé dans la prison militaire de Luzira en Ouganda juste après son arrestation. Son corps serait gardé par les autorités ougandaises. Il semble que ses ex-combattants consignés dans le camp des réfugiés de Bihanga se seraient révoltés.

 

Par KIMP

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire