Nommé en 2012 par le président Kabila, le chef du gouvernement a remis sa démission le lundi 14 octobre suite à un Accord politique signé le 18 octobre entre la majorité et une frange de l’opposition.
Mais alors quel est son bilan ? Que retenir de son passage comme chef du gouvernement ? A-t-il été le meilleur Premier Ministre qu’ait jamais connu la RDC ? La seule façon de répondre à cette question est de faire un bilan avec des critères objectifs. Car faire un bilan n’est pas chose aisée. Il faut se départir de toute subjectivité et se donner les instruments adéquats pour mesurer les performances économiques d’un gouvernement donné. Pour cette tâche, 7/7 va utiliser 3 indicateurs.
Le premier pour mesurer le bien-être socio-économique des congolais (PIB/tête d’habitant), le second pour quantifier le coût de la vie (taux d’inflation) et le troisième c’est l’accroissement de la richesse nationale (taux de croissance). Les critères d’évaluation étant établis, il ne reste plus qu’à les appliquer aux 65 gouvernements qu’a connus la RDC de 1960 à 2015. On va en sus des critères d’évaluation appliquer la méthode comparative.  Bien entendu certains gouvernements à cause de leur brièveté n’ont pas été pris en compte. Il s’agit notamment des gouvernements Lumumba (74 jours seulement), de Joseph Ileo (8 jours) et d’Etienne Tshisekedi (successivement 3 jours, 8 jours et 226 jours), de Mungul Diaka (25 jours), de Likulia Bolongo (25 jours) et Jean Ngunza (226 jours).
Ce décor planté, comparons les performances de chaque gouvernement pour dégager le meilleur gouvernement et partant le meilleur premier ministre. Sans la moindre hésitation, chiffres à l’appui, Augustin Matata sort du lot comme le meilleur Premier ministre que la RDC n’ait jamais connu. En effet c’est sous sa gouvernance que le PIB a atteint un plus haut historique, près de 500 $ US par habitant (481,52 USD exactement). Sur ce critère il est talonné par Moise Tshombe (403,44 USD) et Leonard Mulamba (402,13 USD). Tous les autres gouvernements sont à moins de 400 USD de PIB. (Voir Tableau 4.1). En matière de meilleur taux d’inflation, le leadership de Matata Ponyo a été plus qu’exemplaire avec 1,4 %. Aucun autre Premier ministre n’a fait mieux que lui. Seul Tshombe s’est approché de cette performance avec 8,5%. Voir tableau (4.2). Enfin, le 3è critère celui de la croissance économique, c’est l’homme à la cravate rouge qui remporte la palme d’or avec une moyenne de 8% de taux de croissance. (Voir tableau 4.3).
On retiendra de Matata aussi, le Projet construction « 1000 écoles », la réhabilitation des hôpitaux, la création de la Transco (société de transport en commun), la création de Congo Airways (société de transport aérien avec une flotte de 4 avions), la modernisation des infrastructures (routières et aéroportuaires notamment), la bancarisation de la paie des fonctionnaires, la paie régulière des salaires de fonctionnaires (2010), la diversification de l’économie avec le projet du parc agro-industriel de Bukanga-Lonzo, la stabilisation du cadre macroéconomique, le rajeunissement de la fonction publique avec la création de l’Ecole nationale de l’Administration (Ena). Matata Ponyo c’est aussi une méthode qui a fait ses preuves : la bonne gouvernance et la discipline. L’action de Matata a été contrariée par la guerre du M23 en 2013. Matata a été aussi par l’échec du Programme économique Formel (PEG II) avec le FMI par la faute des dirigeants de la Gécamines.
Les contingences politiques avec les Concertations Nationales ont cassé l’élan de son premier gouvernement. Sans oublier la grave crise économique internationale caractérisée par la baisse des cours des matières premières. Malgré tout cela, les performances accomplies par le Premier ministre sortant sont grandioses. Qu’on l’aime ou qu’on ne l’aime pas, Matata Ponyo est le premier ministre le plus performant qu’ait connu la RDC. Les chiffres parlent pour lui. A son successeur de maintenir l’élan et de faire mieux pour le bien-être des Congolais.
Alphonse Muderhwa
img_20161115_080944img_20161115_080923img_20161115_080857