Julien Paluku demande «de qualifier officiellement ce qui se passe à Beni de terrorisme»

L’ambassadeur de l’Angola aux Nations Unies, Ismaël Abraäo Gaspar Martins, qui co-préside la délégation des membres du conseil de sécurité de l’ONU en tournée en RDC, a préconisé dimanche à l’étape de Beni, la conjugaison des efforts pour mettre fin, au phénomène ADF à la base des tueries massives dans cette partie du Nord-Kivu.

«A notre retour à New York, nous allons saisir le Secrétariat des Nations Unies en charge des opérations de maintien de la paix pour que les forces envoyées dans la région aient la spécialisation requise dans la lutte contre les terroristes», a garanti le diplomate angolais pour qui les forces négatives constituent des terroristes à combattre absolument.

Conduite à Beni par le Gouverneur de la province du Nord-Kivu, Julien Paluku avec dans sa suite son homologue du Sud-Kivu, Marcellin Chishambo, la délégation des ambassadeurs des pays membres du conseil de sécurité de l’Onu a conféré avec les autorités locales, les délégués des forces vives et la presse.

Pour le Gouverneur Julien Paluku, il est plus que temps «de qualifier officiellement ce qui se passe à Beni de terrorisme» d’où la nécessité de conjuguer les efforts pour y mettre un terme.

La délégation des membres du conseil de sécurité de l’Onu a séjourné à Beni au cours d’une période particulière marquée par la détermination des FARDC à mettre un terme aux tueries massives des paisibles habitants. Le commandement des opérations Sukola I a ainsi été scindé en deux pour plus d’efficacité. ACP/Kayu/JGD/FMB

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire