De manière bruyante, chefs de travaux et assistants revendiquent leurs primes. Ils l’ont fait devant la banque en faillite Biac. Dans laquelle leurs primes sont bloquées depuis des lustres. Cette manifestation a évidemment perturbé la circulation.

Le corps scientifique de l’Unikin a brûlé des pneus pour exprimer son ras-le-bol. Leur situation risque de perdurer car le gouverneur de la Banque centrale du Congo, Deo Mutombo, n’arrive pas à boucler le dossier Biac. Il traîne les pieds alors que plusieurs repreneurs se sont déjà manifestés. Lui qui est responsable de cette situation doit maintenant prendre la mesure du malaise social qui découle de la défaillance de la supervision bancaire.

Alphonse Muderhwa