Sanction contre FC Renaissance: « l’ombre de Minaku plane », accusent les Oranges

Le FC Renaissance perd donc le match par forfait au bénéfice du DCMP et devra s’acquitter d’une amande de 7 500$.

Le lundi dernier, alors que devrait se jouer le match, pendant l’échauffement des deux  équipes, le joueur Kazadi du DCMP qui était suspendu pour la rencontre, car ayant accumulé deux cartons jaunes, entre sur la zone neutre et change des draplets de tiges se trouvant aux coins du terrain. Non content de ce fait, un supporter du FC Renaissance vient à son tour arracher les tiges qu’il remettra après, mais sans drapelets.

Alors au moment où les joueurs sont revenu sur le terrain pour commencer le match, les arbitres vont constater l’absence de drapelets. Ayant attendu quelques minutes pour la remise de drapelets, leur espoir va s’avérer vain. Étant donné que les arbitres devraient faire respecter les lois du jeu, ils décideront de la non tenue de ce match.

Pour les supporters du FC Renaissance et d’autres férus du ballon, l’ombre d’Aubin Minaku, président de l’Assemblée nationale plane sur ses sanctions infligées à l’équipe de l’évêque Mukuna.

Rappelons qu’Aubin Minaku, président de l’Assemblée nationale, est l’autorité morale du DCMP selon le terme des immatriculés. Déjà l’année passée, après la défaite de son équipe contre DCMP, l’évêque Mukuna avait accusé Minaku d’avoir corrompu ses joueurs qui seront du reste suspendu.

1 Commentaire

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire

  • Qu’est-ce que Minaku a avoir avec le mauvais comportement des joueurs et supporters sur terrain ? Évitons de politiser le problème. L’évêque Mukuna avait-il des preuves de ces accusations de corruption contre ces joueurs ou des simples rumeurs ?