Près de deux mois après l’annonce de la dissolution de la Banque Internationale pour l’Afrique au Congo (BIAC) par ses actionnaires, dans le but de liquider la banque et rembourser ses clients, le gouverneur de la Banque Centrale du Congo (BCC) continue toujours de s’opposer à cette solution. Alors que sa mise sous tutelle de la BIAC par la Banque Centrale du Congo (BCC) pour une durée de 180 jours depuis juin dernier n’a abouti à aucune reprise, telle que le Gouverneur de la BCC, Deogratias Mutombo le promettait, le Comité d’Administration Provisoire mis en place par la BCC, qui gère désormais la banque illégalement s’est offert une nouvelle sortie qui empire un peu plus la situation au sein de cette banque.

En effet, dans un communiqué, le Comité provisoire a annoncé la vente de l’immeuble situé au numéro 03 de l’avenue colonel Ebeya dans la commune de la Gombe, au centre-ville de Kinshasa. Il y a lieu de noter que la mission du comité provisoire a pris fin depuis le 25 décembre 2016 conformément à l’ordre de mission daté du 25 novembre 2016 ayant prolongé la mission dudit comité pour 30 jours à dater du 25 novembre aux fins de scruter les options ultimes de redressement de la Biac, suivant les termes employés.

De plus, ce Comité d’Administration Provisoire n’a pu réussir sa mission du redressement de la banque comme annoncé. De son côté, la BCC est allée jusqu’à annoncer la reprise de la BIAC par une banque chinoise qui s’avère inexistante. Selon les faits, la vente de cet immeuble pour “non respect des engagements pris par certains clients”, tel que l’affirme le communiqué du comité provisoire, est dans une illégalité criante. Une situation qui inquiète au plus haut point les actionnaires de cette banque, qui, comme les clients, réclament ardemment la nomination d’un liquidateur, telle que l’exige la loi.

Dans un communiqué envoyé à la rédaction de DIRECT.CD  ce lundi 23 janvier, les actionnaires de la BIAC fustigent cette vente, tout en rappelant être, comme les clients de cette banque, dans l’attente d’une dissolution.

Consécutivement à l’assemblée générale extraordinaire des actionnaires du 4 novembre 2016 décidant de la dissolution de la BIAC et en attendant la suite des actions judiciaires en cours, les actionnaires de la BIAC portent à la connaissance du public en général et des éventuels acheteurs d’actifs de la banque en particulier que toute acquisition auprès des anciens membres du Comité d’Administration Provisoire durant cette période sera considérée comme nulle et de nul effet“, dit ce communiqué des actionnaires.

Les actionnaires de la BIAC restent en attente de l’agrément par la Banque centrale du Congo d’un liquidateur. Seul ce dernier sera habilité à procéder à l’aliénation de tout bien, immeuble ou meuble, faisant partie du patrimoine de la BIAC. En l’absence d’un liquidateur, le débiteur s’exposerait à des poursuites judiciaires et les actionnaires de la BIAC se réservent le droit d’exiger la restitution du bien en quelques mains qu’il se trouve“, conclut-il.

Le communiqué.