En compagnie du Tchadien Idriss Deby, du Congolais Denis Sassou Nguesso, du Zambien Edgar Lungu et du RD-Congolais Joseph Kabila, Dos Santos s’exprimait ainsi à l’issue de la 7ème réunion de haut niveau du mécanisme régional de suivi de l’accord-cadre d’Addis-Abeba pour la paix et sécurité en RD-Congo et dans la sous-région des Grands lacs se tient à Luanda en Angola.

Ce sommet organisé conjointement par le Bureau de l’envoyé spécial de l’ONU pour les Grands lacs et l’Union Africaine a clairement accordé son soutien au président de la RD-Congo Joseph Kabila, maintenu en poste jusqu’au mois d’avril 2018 contre le poste de Premier ministre à l’Opposition à la faveur de l’Accord sanctionnant le dialogue de la Cité de l’Union Africaine.

La réaction d’Etienne Tshisekedi est attendue à en croire un communiqué du Conseil des sages du Rassemblement daté du mardi 25 octobre. Tshisekedi annonce qu’il fixera l’opinion nationale et internationale sur les enjeux politiques de l’heure en RD-Congo au cours d’un meeting populaire programmé le samedi 5 novembre à 11 heures sur la place du Boulevard Triomphal à Kinshasa, alors que le gouvernement provincial a interdit toute manifestation publique dans la capitale. Bien avant la position de Tshisekedi, Georges Kapiamba de la Société civile a déclaré: «Le sommet de Luanda a pêché en endossant l’Accord
politique du dialogue. En tout état de cause, la légitimité n’est accordée que par le peuple».

Laurent OMBA