La société Ruashi Mining privée d’exportation à cause de sa proximité avec Katumbi?

C’’est depuis lundi 11 juillet que les entreprises Comexas et Manica, déclarants en douane de la société minière Ruashi Mining, voient leurs dossiers refuser d’être reçus par la division des mines. Ce, avec comme conséquence le gel de toute exportation de leurs clients.

Depuis une semaine donc, aucun truck ou camion de Ruashi Mining n’est sorti de la province, renseignent des sources.

Officieusement, on lui reprocherait d’avoir renouvelé le contrat de sous traitance avec des engins miniers. Le pouvoir reprocherait ainsi à Ruashi Mining de financer un opposant!

Alors que l’on sait que l’entreprise MCK n’existe plus, et qu’elle a même, déjà, changé de dénomination, après avoir été vendue. Pour bien préciser les choses, le ministère national des Mines a officiellement convoqué le directeur général de Ruashi Mining à Kinshasa pour le mardi 26 juillet prochain.

Pour le pouvoir, ils ne doivent plus utiliser les engins de la défunte MCK, s’ils espèrent reprendre avec les exportations. Une attitude pour le moins contradictoire avec les difficultés budgétaires que le gouvernement central connait en ce moment.

On réduit le budget de 22% et on prive au même moment à l’Etat d’encaisser des recettes pour des intérêts égoïstes et politiciens. Et au même instant, on prêche l’amélioration du climat des affaires.

Dans un contexte économique morose où le secteur minier est de plus en plus en difficulté, avec des entreprises qui licencient leurs travailleurs et mettent la clé sous le paillasson, on a du mal à expliquer pourquoi le gouvernement accompagne l’envoi d’autres compatriotes au chômage.
Une manière de sacrifier sa population ainsi que la croissance tant recherchée

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire