Le rire, quand tu prends Joseph Kabila

INSOLITE — C’est une image qui pourrait surprendre plus d’un : le président congolais Joseph Kabila pris d’un grand rire avec son premier ministre Augustin Matata Ponyo, en pleine cérémonie officielle à Lubumbashi, dans le Haut-Katanga. C’est pourtant vrai, le charismatique Raïs est aussi surprenant. Question quand même: ceux autour de lui rient-ils réellement?

Lubumbashi, lundi 13 juin, devant le gouvernorat du Haut-Katanga, quelques milliers de personnes se sont réunies pour accueillir Joseph Kabila qui vient lancer la 4e conférence des gouverneurs. Une première en terre katangaise, depuis le lancement de 25 nouvelles provinces en RDC.
IMG_2508

Joseph Kabila qui vient à peine de parcourir la moitié du public qui l’ovationne aux cris de « wumela »(dure longtemps!), est invité à poser la première pierre de la nouvelle résidence du gouverneur de province.

La première pierre ainsi posée, le chef d’État dévoile la maquette du nouveau bâtiment. Il ne cache pas son sourire. Non, ce n’est pas un sourire : le président de la République rit, beaucoup, mais aussi  son premier ministre Augustin Matata à qui il vient de parler rit fortement, au point de fléchir plusieurs fois.

Le moment est surréaliste et je ne rate rien du tout. L’entourage admire la scène qui dure près d’une minute. Le ministre de l’intérieur Evariste Boshab qui a raté le message, esquisse vaguement son sourire, pendant ce temps-là, les ministres provinciaux placés à 3 mètres de là applaudissent non pas seulement la maquette, mais le rire du président et son premier ministre.

IMG_2498

Personne n’a réellement saisi le contenu de ce rire rare. Mais sans doute, il est lié à l’ouvrage dévoilé.

Ce n’est pas le premier rire du genre qui prend le chef de l’État congolais. En 2015, il paraissait dans le top 12 des images insolites de 2014, à côté du chef de la diplomatie américaine John Kerry, il surprenait par son rire. Son apparence ne le donne pas si riant, pourtant… lire la suite ici 

Ma photo
Le blog de
Didier M. Makal

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire