Expulsion des expatriés non en règle œuvrant dans les zones minières

Le Ministre de Mines, Martin Kabwalulu a instruit  les autorités provinciales de l’Ituri  à expulser tous les expatriés non en règle qui travaillent dans  le secteur  minier y compris ceux qui sont couverts par les contrats de sous traitance avec la Société minière de kilo moto(SOKIMO).

Selon le ministre  des Mines, qui a pris cette décision le week-end dernier à Bunia, l’exploitation minière de ces expatriés ne rapporte aucun dividende ni à la société,  encore moins au trésor public et à la province de l’Ituri.

le ministre a  aussi décidé de l’évacuation de tous les services non habilités à œuvrer dans les sites miniers en dehors  de ceux  prévus dans le manuel de procédure qui sont l’administration de mines, le Services d’assistance et d’encadrement du small scale mining (SEASSCAM)et la police de mines.

Il a  également décidé  la suspension jusqu’à nouvel ordre de l’exploitation minière de dragues sur toute l’étendue de l’Ituri  suite aux  dommages et dégâts causés sur l’environnement.

A cette  même occasion, Martin Kabwelulu a instruit  l’administration de mines de constituer des dossiers pour l’institution de Zones d’exploitation artisanales(ZEA) dans les territoires de Mahagi, Djugu, Irumu, Aru et Mambasa.

Un audit organisationnel et financier à la SOKIMO

Par ailleurs, le Ministre de Mines s’est résolu à  diligenter un audit organisationnel et financier dans cette entreprise publique à l’issue duquel de mesures seront prises contre tous les agents qui seront reconnus responsable  de fautes graves dans l’exercice de leur fonction.

Un délai de six(6) mois est accordé à la direction générale de la SOKIMO pour son redéploiement dans la localité de Bambou a-t-il ajouté avant de sommer   cette entreprise  de transmettre au ministère de mines endéans les 72heures tous les contrats de sous-traitance conclus avec les tiers en vue de leur examen dans le cadre de vingt huit(28) mesures urgentes prises par le gouvernement  en vue de booster l’économie nationale.

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire