Kinshasa: le phénomène fille mère n’inquiète plus personne

A Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo, le phénomène fille mère n’épargne plus aucun quartier. Ce fléau qui touche la jeunesse féminine kinoise est plus signalé dans les quartiers populaires de la ville où la promiscuité bas record. C’est le constat fait par direct.cd.

Les quartiers Kimwenza, Camp Luka, Mombele, Mbaza Lemba, Paka djuma et autres sont les plus exposés. Dans ces quartiers, des jeunes filles pouvant à l’âge d’école l’école sont tombées enceintes sans que cela n’inquiète personne. Charlène, âgée de 16 ans, et résident dans le quartier Kimwenza, est depuis une année six mois mère d’une fillette. Porteuse d’une autre grossesse, elle attend d’ici sept mois, un deuxième enfant.

Paradoxe, les parents de ces enfants le savent bien parce qu’ils vivent avec eux. Le cas de Charlène est connu par tout le monde du quartier. Seulement, personne ne l’approche pour en savoir plus parce que le phénomène fille mère n’est plus nouveau dans cette partie de Kinshasa.

Cette situation se répand progressivement à Kinshasa alors que cela a des conséquences fâcheuses sur la santé des enfants victimes. Selon un médecin médecins spécialiste de l’hôpital Saint Joseph, la maternité précoce cause de la pré-éclampsie sur la fille porteuse de la grossesse. C’est-à-dire, la fille va connaitre plusieurs maladies dès les vingtièmes semaines de sa grossesse.

La fille enceinte constatera la présence de protéine dans ses urines. Elle connaitra du surpoids accompagné des œdèmes des membres inférieurs. En outre, elle sera, pendant sa grossesse, exposée à l’hypertension artérielle. « Quant à l’enfant qu’elle porte, l’enfant pourra aussi être victime de la malformation », a-t-il dit.

Selon la loi n°09/001 de 02/01 2009 et la loi du 01/08/1987 portant Code de la famille part filiation maternelle, la mère et l’enfant doivent bénéficier de l’assistance de la famille, de l’auteur, de la société et de l’Etat.

Jean-Hilaire Shotsha

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire