Examen d’Etat 2015-2016 : 618.004 candidats admis aux épreuves hors session

618.004 (six cent dix-huit mille quatre) candidats finalistes des humanités participent aux épreuves hors session de l’examen d’Etat édition 2015-2016, commencées lundi 2 mai par la dissertation sur l’ensemble du territoire national. C’est la déclaration faite le même jour par l’inspecteur général à l’Enseignement primaire, secondaire et initiation à la nouvelle citoyenneté (EPS-INC), Michel Djamba.

Selon Michel Djamba, ces candidats finalistes sont regroupés dans 1.793 (mille sept cent quatre-vingt treize) centres de passation repartis sur le territoire national et hors des frontières nationales. Pour le cycle court, l’inspection générale de l’EPS-INC a enregistré 5.512 (cinq mille cinq cent douze) candidats finalistes regroupés en 278 (deux cent soixante dix-huit) centres.

Les épreuves commencées lundi par la dissertation vont se poursuivre du mercredi 4 à vendredi 6 mai par « l’oral du français » et se terminer par la pratique professionnelle programmée du 7 au 12 mai.

L’inspecteur général à l’EPS-INC, qui venait de visiter quelques centres de passation des provinces éducationnelles de Kinshasa-Est, Kinshasa-centre et Kinshasa-Ouest en compagnie de la ministre provinciale de l’Education de la ville de Kinshasa, Thérèse Olenga Kalonda, a indiqué que « tout se passe bien aussi bien à Kinshasa que dans les provinces ».

Parlant de la participation des filles, Michel Djamba a noté qu’à Kinshasa, le taux de participation des personnes de sexe féminin aux épreuves nationales est de 50%, tandis que « dans les provinces il y a encore des efforts à fournir ».

Par rapport à l’édition 2014-2015 qui avait aligné 592.769 candidats, celle de l’exercice en cours connait un accroissement de 25.235 candidats soit 4,2% pour le cycle long, a rappelé Michel Djamba. Au cycle court, où il y avait 5.461 candidats en 2015, on enregistre un accroissement de 51 candidats soit 0,9% à l’édition 2016.

Pour l’inspecteur général à l’EPS-INC, l’augmentation du nombre des candidats aux épreuves nationales est due principalement à l’accalmie qui s’observe sur le plan sécuritaire à travers le pays.

L’Examen d’Etat que la République Démocratique du Congo organise depuis 1967 est une épreuve externe certificative lancée pour mettre fin à la disparité des titres scolaires, rappelle-t-on.

(ACP

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire