Marie Misamu, plus populaire que jamais

Déjà au lendemain du décès de l’interprète de Masolo ya kati, dans les rues plusieurs Kinois arboraient sa photo imprimée suspendue au bout d’une lanière portée autour de leur cou ou épinglée sur leurs vêtements avant que la vague de sympathie s’amplifie avec des banderoles placées le long de plusieurs grandes artères de la capitale.

Devenue un véritable fonds de commerce pour certains, la mort de Marie Misamu a permis à certains opportunistes de se remplir les poches depuis plus d’une semaine déjà. En effet, déjà le 18 janvier, soit à peine près de quarante-huit heures après l’annonce de la disparition de Sœur Marie Misamu, il était fréquent de rencontrer des vendeurs à la sauvette proposant une photo imprimée suspendue au bout d’une lanière. Ainsi, ceux qui n’avaient pas l’opportunité d’arriver jusqu’à la place des artistes où s’étaient carrément postés une série de vendeurs pouvaient au hasard d’une avenue croiser le chemin de l’un deux.

Devancée par ces opportunistes, l’Association de musiciens chrétiens du Congo (AMCC) a, pour sa part, présenté au public des tee-shirts blancs et autres casquettes à l’effigie de l’illustre disparue à la fin de sa réunion du 23 janvier. À la différence des premiers qui le font pour leur propre compte, la corporation a prévu de reverser l’argent issu des ventes pour l’organisation des funérailles et à la famille.

Par ailleurs, l’on assiste à une réelle vague de sympathie qui n’arrête pas de s’amplifier pour la regrettée chanteuse. Bien au-delà de la grande mobilisation de l’AMCC observée autour du triste événement, Kinshasa se montre très affectée par cette disparition inopinée. Pas seulement compatissante envers la famille, plus particulièrement son unique fille Ruth, la population est elle-même endeuillée. Sur les réseaux sociaux, plusieurs ont posté spontanément une image de Sr Marie Misamu comme photo de profil. Il en est de même sur les applications whatsapp et viber très en vogue dans la ville. Si Kinshasa rend un vibrant hommage à l’artiste qu’elle ne cesse de pleurer depuis sa mort en passant en boucle ses compositions sur ses ondes. Une réédition de ses albums Mystère du voile 1 et 2 qui se vendent à nouveau très bien ont marqué sa carrière musicale. Marie Misamu

À la suite de l’engouement que le programme officiel et définitif des funérailles délivré à l’issue de la réunion du week-end susmentionnée suscite, il faut s’attendre à une foule ce 28 janvier à la levée de corps de la morgue de la Clinique Ngaliema. En effet, outre les Kinois, il nous revient que le beach Ngobila est en pleine effervescence avec la traversée massive de Brazzavillois qui entendent venir assister aux obsèques. L’esplanade du stade des Martyrs de la Pentecôte où sera exposée la dépouille mortelle et abritera la veillée mortuaire sera assurément envahie comme ce fut le cas en août 2013 lors des funérailles de feu Alain Moloto.

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire