Renaissance : le coach Franklin Kibongila démissionne

L’entraîneur du club Orange s’est plaint du non paiement de son salaire, du manque des moyens de transport ou encore des primes de joueurs impayées. Il est parti, tout en ne fermant pas totalement la porte à un possible retour.

« Chers Renais, chers amis, profonde est ma douleur de vous annoncer la fin de ma collaboration avec Renaissance du Congo. Ma patience ayant atteint ses limites, je ne peux plus continuer à travailler bénévolement au sein du club ni passer mon temps à prendre des taxis bus etc. à mes frais pour arriver jusqu’au lieu d’entraînements », a signalé sur sa page Facebook, Franklin Kibongila, entraîneur principal du Football Club Renaissance du Congo.

Ménageant le président du club, l’évêque Pascal Mukuna, Franklin Kibongila s’en prend particulièrement au secrétaire du club, un certain Tutonda. « Le Secrétaire Tutonda s’est permis de me dire ce soir : ‘’Toko gagner championnat wana sans yo’’. J’ai eu tort de vouloir que les joueurs reçoivent leurs primes impayées, j’ai eu tort de demander la mise à ma disposition d’un terrain convenable pour préparer la Coupe du Congo. Voilà ce qu’on me reproche », a-t-il renchéri, soulignant qu’il a quitté « le club avec un bilan positif en laissant un fond de jeu mis en place, en ayant détecté des talents pour le futur. » Sur les dix-huit matches du championnat de l’EPFKIN livrés, le club Orange n’a perdu qu’un seul et a remporté dix-sept. Ce qui lui permet d’occuper la première place du classement.

Chez les supporters de Renaissance, cette démission est diversement commentée. Beaucoup regrettent le départ de Franklin et l’exhortent à revenir sur sa décision. Ils exigent ainsi le départ du secrétaire Tutonda. D’autres voient plutôt que le coach serait « instrumentalisé » par les ennemis de Renaissance.

Mais sur Radio Okapi, Franklin Kibongila a dit ne pas totalement fermer la porte. Il serait prêt à revenir sur sa décision si les discussions qu’il compte avoir avec le président Pascal Mukuna aboutissent positivement.

Socrate Nsimba/MMC

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire