Réunis pour la première assemblée générale après la fusion entre Glencore International, négociant en matières premières, et Xstrata, groupe minier, les actionnaires du nouveau groupe Glencore Xstrata ont pris des décisions importantes dont la non-réelection du président du conseil d’administration, sir John Bond, et trois autres administrateurs, tous issus de Xstrata. Le cas des contrats miniers conclus entre la RDC et le groupe a fait également l’objet d’une attention particulière surtout avec la pression actuelle exercée par l’ONG Global Witness pour une enquête sur la transparence de la transaction.

Selon les informations en notre possession, l’ONG spécialisée dans la lutte anti-corruption, Global Witness, a demandé au CEO de la compagnie, Ivan Glasenberg, d’accepter une enquête indépendante sur les transactions qui ont permis l’obtention des licences minières de Kansuki et de Mutanda en RDC. Il s’agit, a rappelé l’ONG, des contrats qui ont fait l’objet d’une dénonciation de l’Africa progress panel de Kofi Annan. Réagissant à cette requête, Ivan Glasenberg a parlé de non-événement, d’autant plus que les transactions incriminées ont bien fait l’objet d’une enquête indépendante. “Global Witness a passé beaucoup de temps dans nos locaux afin d’essayer de comprendre comment nous avons acquis nos actifs en RDC. Ils ont pu passer en revue nos transactions. Alors oui, nous avons été l’objet d’une telle enquête indépendante”.

À en croire les éléments avancés par Africa progress panel, il s’agirait des actifs cédés pour le sixième de leur valeur commerciale sur le marché. Le manque à gagner serait de l’ordre de 1,36 milliard de dollars américains. Il y a aussi le cas de trois mines obtenues par la société minière Eurasian natural resources corp de Dan Gertler. Une enquête serait également en cours. Elle est diligentée par le Serious fraud office britannique qui s’intéresserait de très près à la transaction qualifiée également de douteuse. Dans ce cas aussi, Glencore est cité. Comme s’en est défendu Ivan Glasenberg, Glencore est entré plus tard dans les sociétés concernées pour réaliser d’importants investissements estimés à trois milliards de dollars américains.

Avec ADIAC