Burkina Faso: prise d’otages en cours dans un hôtel prisé des occidentaux (photos+vidéos)

Des coups de feu et des explosions ont été entendus dans un grand hôtel fréquenté par des occidentaux à Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso. Une prise d’otages est en cours, selon des sources officielles. Al quaida au Maghreb islamique (AQMI) revendique l’attaque.

Des coups de feu et des explosions ont été entendus dans un des principaux hôtels de Ouagadougou au Burkina Faso. L’attaque a eu lieu vers 20h45 heure française. Selon plusieurs sources, une prise d’otages est en cours. D’après un journaliste de l’Agence France presse, trois hommes armés et enturbannés sont impliqués.

Un témoin a de son côté affirmé avoir vu quatre assaillants « enturbannés et de type arabe ou blanc ». Il s’agit d’une « attaque terroriste » confirme l’ambassade de France dans la capitale du Burkina. Selon France24, Al quaida au Maghreb islamique (AQMI) aurait revendiqué l’attaque.

Selon la BBC, deux voitures auraient explosé devant l’hôtel Splendid, situé dans l’avenue Kwame NKrumah, et des hommes en armes lui aurait donné l’assaut. Une vidéo amateur montre l’incendie devant l’hôtel.

Une partie de l’hôtel est en feu, selon BFMTV.

Les tireurs retranchés avec des otages

L’hôtel Splendid, quatre étoiles, est fréquemment utilisé par des Occidentaux et par du personnel des agences onusiennes, mais aussi par les forces spéciales françaises lorsqu’elles sont stationnées dans la région. Selon des témoins cités par l’AFP, les tireurs y sont retranchés. Une prise d’otages est en cours, assure le site d’info Burkina24.com. Il y aurait plus de 100 otages, selon d’autres sources. Deux pick-ups des forces de l’ordre burkinabé sont positionnés non loin de l’hôtel et des échanges de coups de feu sporadiques ont lieu entre les assaillants et les forces de l’ordre.

L’avenue Kwame NKrumah est l’artère principale du centre de la capitale du Burkina. Un café-restaurant situé en face, le Cappuccino, également fréquenté par une clientèle étrangère, aurait également été la cible des tireurs, selon les indications données par un témoin sur place. Il y aurait deux corps à cet endroit, selon un autre témoignage.

Une autre attaque dans le nord du Burkina

Un vol Air France Paris-Ouagadougou a été dérouté vers le Niger voisin. L’hôtel est proche de l’aéroport. Le pays a subi dans l’après-midi une première attaque d’un groupe d’une vingtaine de personnes lourdement armées qui ont tué deux gendarmes dans le nord du pays, près de la frontière avec le Mali, selon un communiqué de l’armée. Cette attaque a lieu moins de deux mois après celle de l’hôtel Radisson Blue à Bamako au Mali, qui avait fait 20 victimes. Elle avait alors été revendiquée par le groupe djihadiste Al Mourabitoune.

Cette attaque est pour autant inédite dans la capitale burkinabè, mais le pays, membre du « G5 Sahel » consacré notamment à la lutte anti-terroriste et « point d’appui permanent » de l’opération française Barkhane, a déjà été la cible d’opérations djihadistes. Une première attaque avait eu lieu vendredi après-midi dans le nord du pays, près de la frontière malienne, au cours de laquelle un gendarme et un civil ont été tués, a indiqué dans la soirée l’armée burkinabè.

Après ces attaques, les services consulaires français au Burkina avaient étendu la « zone rouge » déconseillée aux voyageurs à une large partie du Burkina sans y faire figurer Ouagadougou. Elles avaient toutefois conseillé des mesures de prudence.

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire