Matata révoque les agents et fonctionnaires détenteurs des faux titres scolaires ou académiques

Déterminé à traquer les agents de l’Etat qui font usage des faux, le Premier ministre a mis à la porte une centaine d’eux.

Tsunami dans l’Administration publique. Matata Ponyo a, au terme de cinq décrets signés le 14 décembre 2015 et rendus publics hier mardi 12 janvier 2016, révoqué les agents et fonctionnaires des services de l’Etat détenteurs des faux titres scolaires et académiques.

Cette décision du Premier ministre faisant suite au rapport d’une commission mise en place à cet effet, touche le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, le ministère des Finances, à travers sa branche de la Division provinciale de l’ancienne province du Kasaï-Oriental, et différents ministères.

« Ce nettoyage » concerne aussi deux des directions génératrices des recettes. Il s’agit de la Direction de douane et accises (DGDA) et de la Direction générale des recettes administratives, domaniales et de participation (DGRAD).

La commission mise en place par la Primature vient de matérialiser le vœu du Gouvernent. Au cours d’un conseil des ministres à la Cité de l’Union africaine, il avait été demandé aux différents ministères de procéder à un contrôle similaire des titres scolaires et académiques parmi les membres de leurs personnels. Ce qui a poussé les observateurs du secteur de l’enseignement à entrevoir des conclusions accablantes et révélatrices en termes de découverte des cas de faux et usage de faux.

De même, le Conseil des ministres avait instruit le ministre des Affaires étrangères de mettre fin aux prestations des intéressés dans la diplomatie congolaise. Ces derniers seront remis à la disposition du ministère de la Fonction publique, sous préjudice d’actions judiciaires éventuelles pour faux et usage de faux.

A la faveur des conclusions de la mission de contrôle au ministère des Affaires étrangères, à la DGRAD, à la DGDA, à la Division provinciale du Kasaï-Oriental et aux différents ministères, il apparaît que la fraude se porte bien en RDC dans le secteur de l’éducation. Des personnes s’évertuent à mentir l’Etat employeur sur leurs CV et diplômes, occupant ainsi des postes de responsabilité sans titre ni qualité requise. Ces imposteurs sont légion dans l’administration.

A travers ce contrôle, qui devrait se poursuivre dans les autres ministères et secteurs, pense-t-on, il va falloir démasquer ces personnes et les poursuivre pour faux et usage de faux, conformément aux textes règlementaires et de la loi en vigueur.

Rachidi Mabandu/Forum des As

Leave a Comment

Laisser un commentaire