Ce que Ibenge devrait changer

(ACP).- La contre-performance enregistrée devant les Amavubi du Rwanda par les Léopards de la RDC (1-0), dimanche au stade Umuganda, à Gisenyi, en amical de football, devra sonner comme un avertissement dont il faudra tenir compte avant d’entrer dans la 4ème édition du Championnat d’Afrique des nations, prévue du samedi 16 au dimanche 7 février 2016 au Rwanda.

Pour perforer les pâquerettes congolaises, le capitaine des « Abeilles » rwandaises, Jacques Tuyisenge (48ème), a profité d’une grosse incompréhension entre un défenseur central et son gardien. Cela ne pardonne pas devant des équipes d’un autre calibre et autrement déterminées.

L’engagement dans les duels et le moral affiché ont été nettement différents que quand il s’était agi de jouer contre les clubs locaux – AS Dragons Bilima 6-0, Shark XI FC 2-1, TP Santos 7-1, AS V. Club 2-1 – qui n’avaient, à ces occasions, aucun intérêt à forcer la note pour des raisons évidentes.

Par contre, dès le premier rendez-vous international, malgré son caractère de gala, l’équation a paru difficile à régler par les carnassiers congolais face à des adversaires venus apparemment afficher leur va-tout au nom du prestige national.

Après le nul que leur avait imposé, également en amical, les Lions Indomptables du Cameroun (1-1), le dimanche 3 janvier à Kigali, les « Amavubi » voulaient démontrer devant des adversaires aussi réputés et huppés que sont les Léopards, qu’ils peuvent tenir la route au 4ème Championnat d’Afrique des nations dont l’organisation leur incombe.

Dans cet état d’esprit, et bien que paniquant à chaque impression de danger, ils ont opté pour la défensive pour repartir sur des dégagements à l’emporte-pièce, sans le moindre souci de construction, l’essentiel étant de préserver l’acquis, après surtout avoir entamé le score.

Ils ne se sont pas du tout gênés pour user parfois des expédients physiques au point de ne pas craindre de multiplier des fautes, même aux abords de leur surface de réparation. Ils sautaient continuellement les lignes pour aller de l’avant.

Cependant, approcher les 20m congolais avec leurs deux attaquants, postés en commando, et visiblement émoussés en seconde période, avait paru une opération fort difficile pour eux surtout que l’appui attendu devait venir des milieux de terrain disposés très loin et à plat, près de leurs défenseurs.

Les protégés de l’entraîneur Jean Florent Ibenge Ikwange auraient normalement dû en profiter, d’autant qu’ils contrôlaient la grande partie des opérations, se créant même moult occasions de but. Confiner les Rwandais dans leurs derniers retranchements en opérant avec méthode et patience pouvait sérieusement mettre ceux-ci plus mal à l’aise.

Malheureusement, l’efficacité et la percussion de la ligne offensive entrevues à Kinshasa contre les clubs auxquels ils avaient eu à affûter leurs armes se sont subitement enrayées. Que d’opportunités dilapidées, par exemple, par le forward de pointe Jonathan Bolingi Mpangi et le troisième demi Guy Lusadisu Basisila !

Dans les couloirs, aucun déboulé dévastateur à l’initiative d’Héritier Luvumbu Nzinga et Mechak Elia qui avaient pourtant excellé dans cet exercice pendant la préparation, les semaines dernières, et au 21ème championnat en cours de la LINAFOOT (Ligue nationale de football).

Ceci signifie qu’en montant de niveau, la hiérarchie de l’opposition change et qu’il faudra alors hausser son jeu pour l’amener aux réalités qui s’imposent si l’on veut réellement répondre aux ambitions élevées qu’exige une compétition de la trempe du Championnat d’Afrique des nations.

Et, en ouverture, les Léopards y poseront leurs pattes le dimanche 17 janvier au stade Huye, à Butare, contre les Walyas d’Ethiopie. Des adversaires coriaces, venus des hauts plateaux, contre lesquels la concentration et l’application seront des atouts à utiliser pour les contrarier et les tenir en laisse.

Voici donc venu le temps où il ne sera plus permis quelques égarements défensifs que ce soit, comme cela avait été perçu dimanche dernier. Les éléments qui seront sélectionnés pour composer le rideau arrière – si ce n’est pas le quartette de dimanche qui sera tout simplement reconduit : Junior Baumeto Moke, Joyce Lomalisa Mutambala, Joël Kimwaki Mpela et Padou Bompunga Botuli – devront particulièrement faire preuve de solidité mentale, de solidarité mutuelle et de jugement rapide pour ne pas exposer leur gardien, en l’occurrence Matampi Vumi Ley, aux sollicitations adverses.

Le trio de demis-Nelson Munganga, Guy Lusadisu et Docksa Gikanji–devra, de son côté, s’attacher à combler rationnellement les intervalles pour servir à la fois de lien avec la ligne arrière et de rampe de lancement aux attaquants. Lesquels doivent forcément et promptement retrouver leurs capacités à se projeter dans le dernier périmètre adverse en faisant preuve de sang-froid et d’intelligence à la fois afin de pouvoir traduire en but les différentes manœuvres menées car, en haute compétition, la moindre occasion non transformée pourrait, l’instant d’après, se retourner contre soi.

L’avertissement du dimanche 10 janvier devra servir de leçons pour rebondir et permettre de renouveler la performance réalisée par les Léopards de 2009, vainqueurs de la 1ère édition du Championnat d’Afrique des nations, en Côte d’Ivoire. ACP/Kayu/JGD

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire