Le pasteur s’appelle Pierre Kasambakana et est responsable de l’Eglise Primitive, située avenue Kabinda, dans la commune de Lingwala, à Kinshasa. Il vient de se marier pour la 9ème fois.

Affectueusement appelé le pasteur Pierre Kas par ses nombreux fidèles, il en était jusque-là à son 8ème mariage. Il a fallu, avant tout, avoir le cœur net sur le nombre de ses femmes jusque-là pour que l’équipe de ce pasteur se rende à la famille de sa nouvelle conquête afin de conclure l’énième mariage.

Soutien sans ambages à la polygamie

Le chef spirituel de l’Equipe Primitive soutient sans ambages la polygamie. La doctrine de l’Eglise Primitive impose aux parents membres de l’église de donner leurs enfants-filles au pasteur, quand il sollicite la main d’une de leurs filles. Cette dernière ne doit pas non plus refuser la main tendue de l’homme de Dieu, au risque d’être maudite toute sa vie.

Le pasteur Pierre Kas soutient, dans ses prédications, que la dot est un symbole. Ainsi, la famille du marié donne à celle de la mariée 100$, si elle est vierge, sinon 50$ pour une mariée non-vierge. Au cours de la cérémonie du mariage, un verre mis dans un foulard ou un mouchoir doit être brisé.

Une façon pour l’Eglise Primitive de célébrer à sa manière le mariage, surtout quand l’homme se marie pour l’énième fois. Ce rite ressemble à l’acte accompli dans les mariages juifs, au cours duquel les époux brisent un verre, censé rappeler la destruction du temple de Jérusalem.

S’appuyant sur la Bible, ce chef spirituel relève que Dieu, lui-même est polygame, tout comme son fils Jésus, qui a eu aussi plusieurs femmes. Il soutient encore que la Bible, livre sacré des Chrétiens, a été écrite de la Genèse à l’Apocalypse par des polygames.

Et de poursuivre pour dire que la polygamie n’est nullement un pêché. « Ce sont ceux qui prêchent contre la polygamie qui sont voués à la perdition », a-t-il toujours conclu en ce qui concerne cette prédication sur le mariage.

Par rapport aux lois de la RDC, le pasteur Pierre Kas soutient que les lois du pays condamnent polyandrie et non la polygamie. Pour lui, la polyandrie est, du reste, une façon de favoriser la prostitution des femmes. « Une seule femme ne peut correctement s’occuper d’un homme, surtout lorsque ce dernier a de lourdes responsabilités », soutient-il.

Dans la vie conjugale intime, cet homme de Dieu a fait savoir que chacune de ses épouses a une chambre personnelle. C’est lui qui choisit celle avec qu’il passe la nuit.

Par Julie Muadi