Un homme-crocodile mis hors d’état de nuire à Luozi

Les pêcheurs du village Lukunga, dans le Manianga, au Bas-Congo ont dernièrement pris dans leurs filets un homme-crocodile dont la guelle, les pattes et la queue étaient bien celles d’un croco alors que la poitrine était celle d’un homme. Le monstre a bien reconnu avoir tué 13 personnes pour renforcer son pouvoir magique.

Il fallait s’y attendre. La population du secteur Mbanza-Ngoyo, dans le territoire de Luozi au Bas-Congo, n’en croit pas ses yeux ni ses oreilles.

De par la guerre sans merci menée contre les crocodiles « affamés dans leur contrée, les pécheurs initiés dans ce genre de pratiques rituelles viennent de mettre hors d’état de nuire, au large du village Lukunga, un de ces fougueux carnassiers qui avait déjà réussi à « bouffer » 13 personnes le long de la rivière Luozi.

Alors qu’ils effectuaient leur pêche nocturne sur ce cours d’eau, ces pêcheurs ont pris un « homme-crocodile » dans leurs filets. La gueule, les pattes et la queue de ce monstre étaient propres à un crocodile, tandis que sa poitrine, bien qu’écaillée, était celle d’un humain.

Après avoir reçu plusieurs coups de gourdin de la part des villageois en colère et être conduit dans un poste de la police de la place, le monstre est vite passé aux aveux en reconnaissant avoir déjà, par ces pratiques « sorcières et fétichistes », mangé 13 victimes humaines. Leur sang, a-t- il confié, lui a servi à renforcer ses pouvoirs maléfiques et à prolonger ses jours terrestres et lacustres.

Devant l’embarras des choses, la police s’est démenée pour aménager un amigo approprié pour garder ce « détenu » pas comme les autres qui est devenu l’objet de curiosité dans ce coin. Selon les témoignages de voyageurs en provenance de ce secteur, l’OPJ verbalisant a décidé de transférer le dossier encombrant de ce monstre avec le corps vivant de ce dernier au parquet qui décidera de son sort.

Dans l’entre temps, la présence de ce monstre à ce poste de la police a provoqué une sorte de traumatisme auprès des agents qui n’arrivent plus à fermer l’œil.

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire