Un crash raté à l’aéroport de N’djili par un appareil de Malu Aviation

Vingt six personnes sortent saines et sauves.

Un avion de la compagnie  » Malu Aviation  » dont la marque n’a pas été révélée, a raté un crash après un atterrissage forcé le dimanche dernier à l’Aéroport international de N’djili. Cet appareil qui transportait 22 passagers et 4 membres de l’équipage, avait fait un atterrissage forcé à l’aéroport de N’djili, quelques minutes  après son décollage de  l’aéroport de Ndolo (25 km) situé au cœur de la ville de Kinshasa. 

Selon l’Agence congolaise de presse (ACP), toutes les personnes à bord soit 22 passagers et 4 membres de l’équipage ont eu la vie sauve après cet accident. A en croire le témoignage du pilote, le train d’atterrissage arrière-gauche de l’avion s’est arraché au décollage de Ndolo.

Ceci l’a poussé de vider l’essence avant d’amorcer un atterrissage forcé à l’aéroport international de Kinshasa, le plus proche, sans faire des pertes en vies humaines. Après cette manœuvre, l’avion a été sérieusement endommagé.

La RDC classée sur la liste rouge des pays où les accidents aériens sont fréquents

Les accidents aériens n’ont pas encore cessé de faire parler d’eux en République démocratique du Congo. Les années passées nous avons connu à des crashs d’avion qui ont couté la vie à plus d’une centaine de Congolais.

En 2013, un appareil Fokker 50 de la Compagnie africaine d’aviation (CAA), a connu un crash lundi 4 mars en fin d’après-midi à Goma, capitale provinciale du Nord-Kivu dans l’est de la RDC alors qu’il amorçait les manœuvres d’atterrissage par mauvais temps. L’avion venait de Lodja, au Kasaï-Oriental, pour Goma.

Une dizaine de personnes avaient embarqué à bord de l’appareil. Cinq corps ont été retirés de la carcasse de l’appareil complètement détruit. Trois survivants ont été immédiatement conduits à l’hôpital. En  Octobre 2012, un avion de la Cetraca aviation service (CAS) rate son atterrissage à l’aérodrome de Ruenda dans la ville de Butembo au Nord-Kivu. Le pilote réussit à immobiliser l’appareil, un LT 410, au bout de la piste. Quinze passagers et trois membres d’équipage sont sains et saufs.

En Février 2012, un avion s’écrase au bout de la piste de l’aéroport de Kavumu (Bukavu) dans l’est de la RDC. Six personnes sont tuées dans l’accident dont Augustin Katumba Mwanke, l’un des conseillers le plus influents du président Kabila.

En Janvier 2012, un Antonov 28 de la compagnie Tracep Congo fait un crash à10 km à vol d’oiseau de Namoya dans la province du Maniema. Six mois plus tôt, un autre appareil appartenant à la même compagnie s’était écrasé dans le parc national de Kahuzi Biega. Tous les membres d’équipage avaient péri.

Crashes à répétition

En Juillet 2011, un Boeing 727 de la compagnie Hewa Bora s’écrase à Kisangani (Province Orientale de la RDC). Soixante quatorze morts sont enregistrés. Les premiers éléments de l’enquête privilégient deux pistes, celles d’une erreur de guidage et de surcharge de l’appareil.

La compagnie a été fermée depuis cet accident, les autorités ayant retiré son permis d’exploitation. Fly Congo, une autre compagnie aérienne, est née des cendres de Hewa Bora début 2012. Avant de fusionner avec CAA, fin 2012, pour créer Fly CAA.

En Août 2010, un Let-410 de la compagnie privée Filair appartenant à un homme d’affaires belge s’écrase dans un quartier résidentiel de la ville de Bandundu dans l’ouest de la RDC. L’appareil aurait connu une panne sèche, selon les techniciens d’aviation contactés sur le lieu du drame. Le propriétaire de l’appareil périt dans cet accident.

En Avril 2010, un Antonov de la Monusco, la Mission des Nations unies en RDC, rate son atterrissage à l’aéroport de N’djili à Kinshasa et tue 31 personnes. Un passager a survécu à cette catastrophe aérienne consécutive au mauvais temps. Ce fut le premier crash d’un avion de la Monusco, dont la flotte est réputée pour sa sécurité, depuis 11 ans.

En Novembre 2009, un avion de la CAA qui transporte 117 passagers dont le gouverneur du Nord-Kivu, Julien Paluku, atterrit en catastrophe au bout de la piste de l’aéroport de Goma et termine sa course dans la lave asséchée du volcan Nyiragongo. Aucun mort. 20 blessés enregistrés.En Avril 2008, un avion de la compagnie Hewa Bora s’écrase au décollage sur un quartier populaire à Goma, faisant  40 morts une soixantaine de blessés et 13 disparus.

Tous ces accidents aériens à répétition doivent interpeler le ministre des Transports et voies de communication, Justin Kalumba. L’autorité de l’aviation civile congolaise doit faire correctement son travail en imposant un check -ing obligatoire à tous les appareils volant sur le territoire congolais.

Princesse Iso Bomba

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire



Notice: get_currentuserinfo est obsolète depuis la version 4.5.0 ! Utilisez wp_get_current_user() à la place. in /home/directc/public_html/wp-includes/functions.php on line 3831