L’Afrique a ses mystères que seuls les Africains ont en l’explication. Une jeune Congolaise de 25 ans décédée à Brazzaville après une courte maladie a été aperçue au grand marché d’Antokpa à Cotonou au Benin entrain de vendre. Les deux voisines ont aussitôt alerté la police qui a mis la main sur ses bourreaux.

Marina B était morte à Brazzaville dans le quartier Poto Poto dans des conditions dramatiques. Après un malaise alors qu’elle partageait un repas avec ses amies dans un restaurant appelé communément « Malewa », elle est transférée d’urgence au CHU de Brazzaville où elle rend l’âme dans les heures qui suivent.

Une mort que tout le quartier aura du mal à accepter, menaçant ses parents accusés d’en être les auteurs à travers la sorcellerie. A ses 25 ans d’âge Marina était employée comme agent financier dans une société de téléphonie mobile de la place.

C’est quelques mois après son inhumation que deux de ses voisines qui effectuaient un voyage d’affaires à Cotonou l’aperçoivent au grand marché d’Antokpa où elle avait une table. Après s’être rassurées d’être bien en face de leur voisine, elles ont fait appel à la police. Marina a été confrontée à ses nouveaux parents qui se sont avérés être ses bourreaux.

Cette famille béninoise a expliqué avoir acheté Marina à sa tante paternelle qui faisait aussi le commerce dit « de Cotonou ». Elle aurait vendu Marina pour voir prosporer son commerce .Après de séances de délivrance dans une église de Cotonou, Marina a rejoint le Congo avec des difficultés à reconnaitre son entourage.

Stéphanie Mabonzo

source: lolakayacongo.com