Exclusif. Les images des 8 agents américains arrêtés à Maya Maya hier

Congo-Brazzaville — Voici, en exclusivité, les photos des passeports de 8 citoyens américains qui ont été appréhendés par les services de sécurité du Congo – Brazzaville alors qu’ils tentaient d’entrer clandestinement dans la capitale congolaise.

Huit « agents » américains ont été arrêtés alors qu’ils « essayaient » d’entrer à Brazzaville sans visa, via l’aéroport de Maya Maya.

Selon les informations en notre possession, les américains : Erick Olerud, Tom Kurtzwell, Edward Tucker, Tom Gunter, Aric Crey,Brian Bagwan, Steven Wltaker et John Mazzvehi n’avaient ni passeports, ni documents de voyages, alors qu’ils étaient « escorter » par un « cadre » congolais des services d’immigration, qui tentait de les faire entrer dans le pays.

La vigilance d’un agent de sécurité à Maya Maya, qui a alerté les autorités, a donc conduit à leur arrestation et celle du « cadre » de l’immigration.

Les américains ont été libéré dans la soirée après une intervention personnelle de l’ambassadrice américaine à Brazzaville qui s’est rendue sur place à l’aéroport.

D’après la source qui livre cette information, qui a requit l’anonymat, il est clair que les huit citoyens américains sont des militaires ou des agents de services secrets américains.

Plus surprenant, ces américains ont transiter via Paris et donc sans visa pour le Congo.  Les aurotités de Brazaville ne comprennent pas « comment et pourquoi » les autorités françaises ont-elles laissé passer ces américains?

« Ces pratiques sont une offenses grave envers notre pays. Pensez-vous que l’Ambassadeur du Congo à Washington peut se rendre à l’aéroport de New York pour faire libérer des congolais en irregularité? », s’intorrege un officiel congolais, qui a requit l’anonymat.

 

Les autorités congolaises qui « dénoncent ces pratiques », appellent la population à rester vigilante face aux « ingérences occidentales » déstinées à « déstabiliser notre pays ».

Des congolais multiplient pourtant des appellent à la paix à travers les réseaux.

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire