RDC — Avec un taux de chômage de 96%, les offres d’emploi sont-elles une formalité?

Le taux de chômage officiel en RDC est de 96%. Or dans ce pays Africain pullulent plusieurs entreprises publiques et privées, des organismes tant nationaux qu’internationaux. Une certaine opinion attribue ce taux de chômage élevé au système de recrutement établi au sein de ces entreprises.

Par Fiston Mahamba Larousse à Beni

Recruter selon la face, non pas selon la compétence

Bienvenu Silu a 19 ans lorsqu’il décroche son diplôme d’État en 2010. Il se décide d’évoluer avec les études universitaires enfin de mieux intéresser les recruteurs. En 2013, il obtient son diplôme de grade en environnement et développement durable. Quelques mois après, en quête d’emploi, il tombe sur une offre pour un poste d’environnementaliste dans une ONG locale.

Très vite, il apprête son dossier et postule. Depuis lors il n’a eu aucune suite. Il sera surpris un jour quand cet ONG pour laquelle il avait postulé organisa une conférence sur l’exploitation du pétrole dans le parc des Virunga. Sa surprise était qu’un de ses anciens collègues avec qui ils ont terminé les études aux humanités littéraire et qui n’avait pas eu la chance de poursuivre avec les études supérieures était en train d’exposer dans cette conférence en tant qu’environnementaliste de cet ONG. La séance terminée, les gens se côtoyaient dans la cour du cadre d’accueil. Les deux anciens collègues d’école secondaire se retrouvent et engagent une discussion autour des souvenirs scolaires. Avant de se quitter, Bienvenu Silu se voit glisser quelques billets de banque par son ami qui lui dit vouloir poursuivre avec les études universitaires.

« Après que mon oncle, un poids lourd dans cet ONG m’ait recommandé à ce poste, je compte maintenant aller à l’université pour affronter la faculté cadrant avec mon poste pour bien maîtriser ce que je fais maintenant » a-t-il chuchoté à son ami chômeur qui avait postulé pour ce poste, mais sans suite malgré ses compétences dans le domaine de l’environnement.

Ici on recrute les gens de son cercle. Ceci pour diverses raisons : protéger son poste, faire émerger sa famille, son clan, sa tribu ou sa région d’origine.

«Les offres d’emploi s’affichent alors qu’on connait déjà dans la boite interne de l’entreprise qui recrute celui qui occupera ce poste. L’affichage de ces offres d’emploi est juste une formalité face à l’Office National de l’Emploi qui l’exige des entreprises avant tout recrutement», souligne Sammy Kalemberwa, gradué en Développement, au chômage depuis 5 ans.

Le secteur informel, un refuge

Cette situation amène une majeure partie des nouveaux diplômés à vivre sans emplois. Et pour survivre, ils n’ont d’autres choix que entrepreneuriat. Le chômage déguisé est devenu leur refuge. Un nombre élevé de ces licenciés, gradués, docteurs,… en dehors du circuit officiel d’emploi dans leurs domaines de formation sont devenus commerçants, commissionnaires, taxateurs, motards, cambistes,…

Les services Étatiques, un mystère ?

Mamy assume la fonction de secrétaire dans une entreprise publique. Recrutée à Kinshasa, la capitale de la RDC, elle se fait mutée dans l’Est du pays pour assumer la même fonction au sein de la même entreprise. Au bout de trois ans, dix nouveaux agents se sont ajoutés sur la liste de paie de l’entreprise. Mais au courant de ces mêmes trois années, l’entreprise n’a jamais organisé un processus officiel de recrutement. Mamy se pose la question de savoir par quel mystère ces nouveaux employés accèdent à ces postes. Aussi ces nouvelles unités dans cette entreprise n’ont pas tardé avec ce statut. Au bout d’une année, elles avaient déjà leurs numéros matricules dans la fonction publique.

«Ne vous étonnez pas de voir le nom de famille du directeur ou celui du directeur adjoint figuré deux, trois ou quatre fois sur le listing de paie. Ici on gère l’entreprise comme un petit royaume. Ces nouveaux recrus dans notre entreprise sont fils, cousins, neveux, beaux-frères,…à nos dirigeants » murmure-t-elle, les deux mains sur le clavier de son ordinateur bureau.

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire



Notice: get_currentuserinfo est obsolète depuis la version 4.5.0 ! Utilisez wp_get_current_user() à la place. in /home/directc/public_html/wp-includes/functions.php on line 3831