En RDC, un Twittos nommé Moïse Katumbi!

Après un mutisme longtemps entretenu, le gouverneur de l’ex-province du Katanga a finalement choisi de se rapprocher de ses partisans à travers une présence soutenue dans les réseaux sociaux. Changement de stratégie donc pour Moïse Katumbi venu allonger la liste des utilisateurs de Twitter.

Son premier profil public sur ce réseau a été créé le 21 septembre. Sur son nouveau compte, on pouvait lire ce premier message : « Ce compte officiel est désormais ouvert ; suivez-moi pour échanger sur mon actu et l’avenir de la RDC ». Une façon pour ce haut cadre du PPRD en froid, depuis quelques mois avec la plate-forme présidentielle, d’annihiler toute velléité de piratage de son compte, exercice auquel se sont livrés depuis 2013 des esprits mal intentionnés cherchant à nuire à son image. On se souvient que face à la multiplication de faux comptes usurpant son identité notamment sur facebook, Moïse Katumbi avait, à l’époque déjà, démenti toute présence sur les réseaux sociaux.

En créant son nouveau compte sur Twitter, d’aucuns pensent que ce cadre de la majorité présidentielle aux ambitions toujours non révélées amorce une étape vers l’annonce de sa candidature à la présidentielle de novembre 2016. Le fait qu’il a promis, dans son premier message, des séances de questions-réponses avec les utilisateurs de la plate-forme tout en exprimant son intention de diffuser « pour bientôt » par ce canal un « message à destination du monde entier », est une indication à prendre au sérieux, à en croire des analystes. Cadre de la majorité, Tryphon Kin-Kiey (ministre des Relations avec le Parlement), cité par l’AFP, estime que le richissime homme d’affaires katangais « s’apprête à dire qu’il est prêt pour la haute charge ».

En attendant, il y a lieu d’indiquer que l’entrée de Moïse Katumbi sur Twitter a créé un effet bouleversant sur ce réseau social, car en moins de 24 heures, son nouveau compte a obtenu près de 3000 abonnés. Quel message entend annoncer dans les tout prochains jours l’auteur de la fameuse parabole des « trois penalties », en attentant la nomination de « commissaires spéciaux » dans les quatre nouvelles provinces du Katanga issues du découpage ? En tout cas, le suspense est de mise, laissant ainsi libre cours aux spéculations de tout genre. Dossier à suivre.

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire