Paris : 26 ans, père de 18 enfants avec 18 mères différentes, le papa panafricain Congolais

Kwame Krumah a toujours lutté pour le panafricanisme, le colonel Kadhafi avant d’être assassiné avait pris la relève de ce rêve de briser les frontières Africaines issues de la colonisation. C’est dans cette optique que Baros le chaud gars de Paris, un Africain originaire du Congo est devenu père de 18 enfants dont les mères sont de différents pays d’Afrique.

Détenteur de la nationalité française, Baros le chaud gars de Paris est arrivé en France à 16 ans en provenance de Brazzaville pour rejoindre ses parents qui y avaient élu domicile. Une vie mouvementée dans la banlieue de Paris ne l’a pas aidé dans ses études. Travailleur occasionnel, Baros qui est très actif dans le milieu Congolais de Château rouge et la Gare du Nord est vite tombé dans le deal Africain «  Aide ta sœur et ton frère pour le doc ».

Moyennant une somme allant de 2500 à 3000 euros, Baros a commencé à s’adjuger la paternité de plusieurs grossesses des femmes africaines en détresse administrative. De son premier fils avec une Camerounaise, il vient d’avoir son 18e avec une Ivoirienne. « Papa Panafricain » comme il aime bien se faire appeler dans les bars Africains de Paris, Baros contemple la possibilité d’avoir enfin un enfant biologique.

Traqué une fois dans une marie pour le nombre impressionnant de ses enfants, Baros a fait valoir son droit à peupler la France et le Monde qui est bien loin d’être un délit. « Tant que Dieu me donnera la force, je peuplerai la France par ce que Dieu nous a demandé de nous multiplier ».

Si parfois avoir beaucoup d’enfants est un casse tête, il n’en est pas question pour Baros qui s’est offert pour la circonstance deux terrains à Pointe Noire et un autre à Brazzaville.3000 euros multipliés par 18 font bien une bonne fortune pour se mettre à l’abri de certaines difficultés.

Baros le papa Panafricain aura son nom distillé à travers certains pays d’Afrique dont le Congo, la RDC, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, le Burkina Faso, la RCA, l’Angola, le Nigeria, le Togo, le Mali, la Guinée Conakry et bien d’autres.

Stéphanie Mabonzo

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire