Cécile Kyenge comparée à un orang-outan en Italie: le sénateur en question n’est même pas inquiété!

Cécile Kyenge, ex-ministre italienne de l’Intégration, originaire du Congo, a exprimé jeudi son amertume après la décision du Sénat de bloquer les poursuites contre un élu d’extrême droite qui l’avait comparée à un orang-outan.

 

«Je suis triste et amère», a réagi Mme Kyenge sur Facebook. «Le message de ce vote est que la politique est irresponsable, que rien n’empêche l’usage de paroles qui enveniment la société, semant la haine raciale».

Roberto Calderoli, sénateur de la Ligue du Nord (proche du Front national français), avait déclaré lors d’un meeting politique en juillet 2013: «Quand je vois les photos de Kyenge, je ne peux pas m’empêcher de penser à un orang-outan».

Député européenne du Parti démocrate (PD, centre-gauche), Mme Kyenge était alors la première – et jusqu’à présent la seule – ministre noire d’Italie, et subissait de nombreuses attaques.

Vice-président du Sénat, M. Calderoli a présenté ses excuses, mais le parquet de Bergame avait engagé des poursuites pour diffamation et incitation à la haine raciale.

Par 126 voix, dont certains élus du PD, contre 116 et 10 abstentions mercredi, le Sénat n’a cependant accepté de lever l’immunité de M. Calderoli que pour la diffamation, estimant que les élus ne pouvaient être poursuivis pour des opinions exprimées dans l’exercice de leurs fonctions.

Comme la diffamation ne pouvait être maintenue seule pour des raisons de procédure, le vote a de fait bloqué les poursuites.

«J’ai pardonné à Calderoli, mais il ne s’agit pas d’une affaire personnelle. C’est une question de principe, parce que le message que les institutions envoient à nos jeunes est dévastateur», a ajouté l’ancienne ministre.

De l’autre côté des Alpes, la cour d’appel de Paris a confirmé jeudi l’amende de 10.000 euros pour injures raciales au journal d’extrême droite Minute après sa Une comparant à un singe la ministre française de la Justice, Christiane Taubira, qui est originaire de Guyane.

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire